Le storytelling allongé

Concrètement à quoi sert cette nouvelle fonction ? Les influenceurs s’y sont précipités pour prolonger l’expérience vidéo instantanée déjà initiée dans les Stories. En effet, construire sa propre chaîne IGTV, c’est comme créer son propre média avec plusieurs rubriques, un peu comme les dossiers qui rassemblent les Stories sur la homepage de son compte. Ici, on complète son univers par des formats vidéo plus longs et immersifs. C’est l’occasion d’allonger le contenu des Stories, jusqu’à une enfilade de formats courts, à l’UX peu désirable quand on veut s’épancher sur un sujet.

Du côté utilisateur le format n’est pas forcément navigable intuitivement. Dans la fonction de recherche, il est facile de voir apparaître des suggestions IGTV, mais de comptes qui seraient susceptibles de nous intéresser. Sur les Stories, on remarque vite que les mêmes comptes tournent en boucle, ce visionnage par défaut des contenus nous fait vite tourner en bourrique. Le silo d’informations auquel participe IGTV est bel et bien toujours là, algorithme oblige.

Dans quel panier mettre ses œufs ?

La crise de confiance que traversent actuellement les réseaux sociaux nous rappelle que comme toute tendance, ils sont aussi voués à évoluer rapidement, si ce n’est disparaître pour renaître sous une nouvelle formule. IGTV par sa lancée dans la course à la concurrence avec YouTube a créé un pont (par inadvertance ou pas) avec ce dernier. Alors entre YouTube ou IGTV, faut-il vraiment choisir ? Pour l’instant, il semblerait que la plateforme dédiée à l’image mouvante reste en tête.

Mais pourquoi ne pas varier les plaisirs ? Et quelle différence avec son concurrent ? Construire une chaîne IGTV veut dire que l’on reste dans l’univers Instagram, mais en y ajoutant une couche supplémentaire. Avec la possibilité de mettre en ligne des vidéos jusqu’à une heure pour les influenceurs, dix minutes pour le commun des mortels. Mieux parler à sa communauté via Instagram, c’est l’occasion ! Et c’est précisément ce que vise le format IGTV, avec la notion de proximité augmentée. Avec ou sans filtre, vive le live ! Oui aux couronnes fleurs (merci Snapchat) et voix volées aux minions ou Tic et Tac pour les anciens. Place aux interactions vidéo et aux contenus plus authentiques.

Lire aussi : Vidéo et réseaux sociaux, l’ascension du format vertical

On observe là un véritable virage à 180 °, on s’éloigne du snack content pour tenter de retenir l’attention de l’utilisateur sur sa chaîne. On allonge le temps passé sur les contenus en proposant des compléments aux posts et Stories du compte. Maintenant que des teasing d’IGTV pourront apparaître dans le flux général, il faudra bien choisir sa couverture de photo pour garder une cohérence visuelle et retravailler son cadrage, car le mode vertical est en passe de s’installer comme le format principal de contenu sur les réseaux sociaux.

Adieu le 16:9e, coucou le 9:16e !

À l’été 2018, tout le monde s’y est mis. On a cessé de faire pivoter notre smartphone pour le garder au creux d’une seule main. La production de contenu natif, et sa consommation, se font en vertical. Dans la partie exploration du volet IGTV, un peu comme un catalogue de chaîne télé sur lequel on passe de case en case on retrouve successivement l’office du tourisme de Bordeaux, des DIY de déco, des blogueuses beauté et même des vidéos gag, comme du zapping télé à l’ancienne. C’est l’occasion pour les marques de renouer avec le social selling, on aperçoit la lueur d’un téléachat augmenté, un swipe up suffit faire chauffer la carte !

Lire aussi : TikTok, l’étoile montante ou l’étoile filante des réseaux sociaux ?

Quelques médias du digital, comme 20Minutes et Auféminin, se sont essayés à IGTV en recréant leur contenu habituel sur ce format, se contentant d’un simple prolongement des Stories. D’autres donnent le change, comme Konbini avec une leçon de salsa par exemple !

 

Les annonceurs comme Décathlon, connu pour adopter aisément les nouveaux formats digitaux, se sont emparés de la fonction. Le fournisseur d’équipement sportif propose des thématiques par discipline sportive. Ici une interview d’un athlète de haut niveau qui reflète sur l’importance du mental pour un boxeur professionnel. Là, un passionné de golf qui raconte sa découverte de ce sport pas franchement mis en valeur chez la marque. Ou encore des enfants tout schuss sur les pistes de ski :

Certains influenceurs, comme le journaliste documentariste modeux Loïc Prigent, en profitent pour produire du contenu dédié. Sur sa chaîne, il commente les dessous de la mode d’un humour grinçant. Sa production est taillée sur mesure pour IGTV. Rien n’est laissé au hasard, les vidéos comportent un générique, une voix off et des crédits, le contenu est monté de manière serrée, rythmée, un peu comme les défilés de la fashion week finalement.

Les petits plus IGTV

Neuf mois plus tard, ce nouveau format doit encore faire ses preuves. Mais on voit déjà quelques bons points :

  • La possibilité de consulter les statistiques dédiées au contenu IGTV, une façon de mieux se rendre compte de l’impact de ses efforts.
  • La possibilité de copier le lien vers la vidéo. C’est l’occasion de ramener des utilisateurs sur la plateforme et agrandir son audience.

Changer de perspective

Le vertical en plein écran fait tourner les têtes et est devenu un vrai enjeu d’expérience utilisateur. Si l’on veut faire sa marque alors il faut s’y intéresser de près ou même en faire son cheval de guerre. C’est le cas de Minutebuzz qui vient d’annoncer un changement de cap sous le nouvel étendard : Vertical Station. Dans sa ligne de mire, les contenus 100 % verticaux pour mieux parler aux Millenials chéris qui en ont fait sa renommée. Car ces derniers délaissent de plus en plus le bon vieil ordinateur en faveur du smartphone. De plus, ils ne quittent jamais ce dernier, quelque chose qu’a compris le fils d’à peine deux ans de mon amie, qui interchange aisément son lapin doudou élimé contre l’iPhone de maman. En somme, nous voulons rire, nous informer, réagir et vivre où nous le voulons, quand nous le voulons. Véritables nomades au quotidien, nous voyons la vie en 9:16e.

 

Pour l’instant IGTV ne remporte pas un franc succès, mais il a le mérite d’annoncer la couleur d’un avenir très proche. Un changement d’usage est arrivé et avec lui l’urgence de s’adapter dans ses contenus si l’on souhaite rester pertinent sur les réseaux plébiscités par les consommateurs, oups, utilisateurs. Ce qui nous réjouit ? Ces formats longs ne refléteraient-ils pas un pas vers le temps allongé ? Une consommation moins hâtive, même si légèrement addictive ? Eh oui, IGTV aurait-elle tenté de signer le retour du contenu long, à déguster, pour rester sur la plateforme plus longtemps bien entendu ?!

Maï Trébuil
Maï Trébuil
Digital Nomade
Fascinée par la relation entre l'humain et la tech, je décrypte les tendances innovantes qui tentent de répondre aux enjeux sociétaux d'aujourd'hui et de demain. Éternelle curieuse, je m'inspire de mes déambulations de digital nomade, avec ou sans connexion.