Comment communiquer sur les règles ? Cela n’a pas dû être facile au départ ?

Marilou Bertrand : Dès le départ, nous avons opté pour un ton humoristique et une com’ décalée. Ce ton a tout de suite rencontré l’adhésion, probablement parce que l’humour permet de délier les langues, de dénouer les tensions et rend accessibles les sujets. Le message derrière est très simple : il s’agit de dire que les règles font partie de la vie, et même beaucoup ! Les règles concernent la moitié de la population mondiale, et tout cela, une semaine par mois. Bref, impossible de passer à côté.

Lire aussi : Ceci est mon sang, la MenstruTech à la conquête de la Tech

Ce qu’on oublie souvent, c’est que c’est aussi un signe de bonne santé. Autant donc en parler de manière simple, naturelle et même avec de l’humour pour décomplexifier le sujet. Attention, il ne s’agit pas non plus de rentrer dans un débat féministe, mais de véhiculer des valeurs de respect de l’intimité. Règle n° 1 donc pour faire que les règles ne soient plus un tabou, on écoute la nature !

Règle n° 1 : Vive la nature !

Autre défi ! Sublimer les règles sur Instagram. C’est possible, vraiment ?

Chez Dans ma culotte, nous sommes toutes utilisatrices d’Instagram. Nous aimons cette touche créative. D’ailleurs, c’est Noëlle, cofondatrice et directrice artistique de la marque, qui réalise tous les motifs que vous voyez sur nos posts. Nous avons donc eu à cœur de créer un profil beau à regarder, qui correspond à nos valeurs, et c’est pourquoi nous travaillons avec un photographe professionnel. Notre direction artistique : être dans le suggestif et l’artistique.

Règle n° 2 : révéler les beautés volées

Et votre communauté, arrive-t-elle à parler librement des règles ?

Nous faisons tout pour qu’elle le fasse ! Nous ne cessons de les encourager à s’exprimer, à nous faire part de leurs souhaits, de leurs retours. En fait, sortir d’un tabou, c’est plus que s’exprimer, c’est réapprendre à parler, à libérer une parole qui n’a pas l’habitude d’être écoutée. Mais il ne s’agit pas non plus d’être dans la provoc, il faut être à l’écoute de tout le monde. Nous avons vraiment la volonté de chouchouter les clientes pour les aider à vivre au mieux cette période clef dans leur quotidien. Ma règle n° 2 serait donc de « parler, parler et surtout parler » !

Règle n° 3 : Parler, parler, et surtout parler

Vous faites donc forcément un peu de pédagogie ?

Les règles sont devenues ces dernières années un vrai sujet de société. On commence enfin à en parler, et clairement Instagram est un terrain de jeu pour celles qui osent bousculer un peu les codes établis avec le sang bleu par exemple. Finalement, on s’aperçoit que l’on connaît peu les règles, qu’on se connaît peu au travers de nos cycles. Dans une société où l’on a tout fait pour cacher cet aspect de nos vies, il y a toute une éducation à faire. Nous parlons donc beaucoup des règles, de leur histoire, au travers de notre blog également où nous publions 2 à 3 articles par semaine.

Lire aussi : La révolution féministe a-t-elle lieu grâce aux réseaux sociaux ? 

Nous prenons également le temps d’expliquer au travers de nos posts Insta comment utiliser les produits, l’objectif étant de démocratiser le type de protections que nous proposons. Nous faisons aussi des portraits de femmes inspirantes qui partagent les mêmes valeurs que nous, et même de jeunes filles comme dernièrement Yolanda Renee King, unique petite-fille de Martin Luther King.

Règles n° 4 : Informer

Bientôt 30 000 fans, ça marche sur Instagram ?

Plutôt pas mal oui ! Notre communauté est très active et très reconnaissante du travail que nous faisons. Nous recevons beaucoup de messages de remerciements, qui pourraient être résumés en un seul : « merci de rendre cela normal ». D’autres nous disent « j’ai presque hâte d’avoir mes règles ! » Beaucoup de personnes réagissent sur l’aspect artistique de nos posts. Nous avons une communauté très bienveillante.

Instagram ne vous a jamais censuré ?

Absolument pas. Nous avons effectivement déjà entendu parler de censure, mais nous ne sommes pas concernées. Peut-être parce que nous restons toujours dans le suggestif. Ce qui n’empêche pas au contraire d’être efficace, sûrement bien plus que de la provoc pure !

Sophie Comte
Sophie Comte
Conteuse numérique
Et si on communiquait autrement ? Je m'attèle à ce projet passionnant, en chuchotant sur le web de ma plume numérique. Egalement cofondatrice des Chuchoteuses, agence de création de contenu.