La fin du toujours plus

Certains auront passé l’été à buller sans connexion, d’autres à rattraper tout le snack content des derniers mois. L’addition à la rentrée est sans équivoque, trop de connexions tuent la connexion. À la manière d’un happy meal, la junk information satisfait d’un shot de dopamine. Mais très rapidement retentit un concert de gargouillis en manque de distractions, mettant à mal notre sacro-sainte concentration et productivité. C’est décidé, hyper numérisation et FOMO, vous ne nous y reprendrez plus ! Donc la question se pose : comment se défaire du fast food média et de la tyrannie des formats courts ?

Nous parlions de détox digitale le mois dernier, arme curative face aux maux de l’hyperconnectivité : stress, burn-out, manque de sommeil, réduction de notre capacité d’attention, la liste est longue. Mais quid des annonceurs qui trop souvent prennent le pli du snacking content ? La course à l’exposition numérique fait rage et dans ces conditions, ralentir sa production peut paraître insurmontable.

Lire aussi : Salut, ça binge ?

Pourtant, c’est le pari que font certains grands médias comme Le Monde. Vous trouverez parfois du contenu classé dans une catégorie premium accessible par abonnement. Ici, l’article perd en gratuité pour gagner en qualité. C’est aussi le cas du site le Quatre heure qui publie uniquement le premier mercredi du mois à 16 h depuis cinq ans maintenant. Sa mission ? Tenter de concilier reportage et internet. Valorisant la réaction des lecteurs, le site propose également un salon sur sa plateforme pour discuter des reportages publiés.

Loin d’une épidémie de paresse numérique naissante, il s’agirait de prendre davantage le temps avant de publier et de tendre vers des publications plus authentiques et conséquentes. En somme, utiliser les codes d’un contenu engageant en allongeant son timing pour réduire la surabondance qui pollue la toile, victime de la frénésie créée par l’inbound marketing. Face à ce constat, comment freiner ses ardeurs sans pour autant perdre de vue ses objectifs ? Nous vous avons concocté une entrée en matière pour rétrograder sans à-coups.

Le point vous ferez

Votre identité, l’ADN, la patte, le message, le manifeste, bref revoyez votre copie ! Pourquoi êtes-vous là ? « Commencez par le pourquoi » comme le martèle Simon Sinek dans la présentation de son modèle pour les chefs d’entreprise.

  • Quels sont vos messages principaux ?
  • Comment pouvez-vous au mieux les communiquer ?
  • Comment pouvez-vous rallonger la vie d’un contenu plutôt que de le démultiplier sous différentes formes ?

Un service à la communauté numérique vous rendrez

Le principe de l’inbound marketing, un des responsables de la pollution sur la toile, est d’apporter une réponse aux questions que se posent les utilisateurs ciblés. Une expérience de lecture agréable et utile donne plus de chance au contenu de vivre dans la durée puisqu’il apporte une réponse dans le fond et la forme.

Passez plus de temps à brainstormer et explorer un sujet avec vos collaborateurs. Identifiez dans votre entourage ceux qui peuvent se faire les ambassadeurs de vos idées. Mettre en lumière leur talent et leur expertise apportera une réponse précise et aboutie, naturellement plus riche et fiable.

  • Tournez-vous vers votre équipe, quelle expertise détient-elle ?
  • Quel point de vue manque au sujet duquel vous traitez ?
  • Comment pouvez-vous répondre différemment à la question ?
  • Pouvez-vous apporter un support éducatif accessible à ceux qui en ont l’usage ?

En résumé, disséquer les concepts, prendre une approche plus journalistique que marketing. Si vous n’ajoutez pas de valeur au sujet, passez votre chemin.

Des contenus durables vous publierez

En plus d’avoir des informations pertinentes et un angle de vue différent, si le contenu est véritablement inspirant, alors il aura plus de chance de marquer les esprits. Autant dans le fond que dans la forme, la créativité a toute sa place pour surprendre le lecteur et éduquer sur des concepts complexes de manière novatrice.

Prêtez attention à votre cible, est-elle multiple ? Si oui, préparez des contenus adaptés à chaque catégorie. Cela permettra de créer plus de qualité pour un groupe d’intéressés plutôt que de créer des contenus dilués par la généralisation en tentant de parler à tout le monde. Arrêtons d’envoyer des bouteilles à la mer à Google.

  • Ce contenu pourra-t-il devenir une référence dans le sujet ?
  • Aurez-vous facilement la possibilité de le mettre à jour à l’avenir ?

Son espace à l’utilisateur vous laisserez

Stop aux notifications intempestives pour ne rien dire ! Une autre version du même message est-elle vraiment utile ? Ne serait-il pas plus judicieux de contribuer votre budget à un contenu qualitatif tout-en-un plutôt que des petits morceaux typiques du snacking content ? Laissez respirer l’utilisateur, il vous en saura gré.

Lire aussi : [Boule de cristal] Quatre innovations qui vont envoûter la rentrée

L’heure étant à la persuasion, les applications rivalisent pour accaparer l’attention de l’utilisateur en envoyant des notifications au moment opportun. Décortiquer le comportement de sa cible devient de plus en plus crucial. C’est ce que vend la start-up californienne Dopamine labs : une technologie pour booster l’engagement tirée d’une étude des neurosciences comportementales. Une petite révolution pour les créateurs d’applis, pas du tout effrayante. Comme avec un grand pouvoir viennent de grandes responsabilités, les fondateurs de la start-up ont également créé une appli, Space, pour redonner le contrôle à l’utilisateur. Une fois installée, elle crée des temps de pause à l’ouverture d’une application sociale comme Facebook. Car construire une utilisation plus saine passe par repenser la consommation numérique pour l’apaiser intelligemment. Car comme le dit Ramsay Brown, cofondateur de Dopamine Labs, le problème ne réside pas dans la technologie en elle-même, mais la manière dont nous en faisons l’usage au quotidien.

Vos objectifs slow content vous redéfinirez

Entre tactiques SEO et visibilité en ligne, il est facile de perdre le cap. Quel est votre but ? Vous positionner comme une source de confiance ? Varier les contenus pour alimenter la conversation ? Mieux éduquer vos clients pour les retenir ? Laissons les algorithmes de côté et la frénésie de la gratification instantanée, le temps de nous reconnecter avec nos objectifs.

Le géant du référencement Moz s’est intéressé aux erreurs de contenu les plus courantes et il en ressort quelques points intéressants à retenir :

  • Tourner autour du pot ne fait pas pousser les clics, soyez francs avec vos call-to-action et vos prix
  • Les contenus manquent de pertinence sur certaines étapes de l’activité comme l’après-vente
  • Racontez l’histoire au bon endroit, les témoignages se fondent dans les contenus
  • Personnalisez le contenu, adaptez-le à votre audience géographique par exemple
  • Ayez un discours éducatif et accessible, impressionner avec du jargon ne fait pas pousser les clics non plus

 

Comme un bon repas préparé avec attention, un contenu de qualité apporte une nouvelle expérience, surprend, se déguste et donne envie de le partager. Tous vos contenus ne seront des poèmes, mais dites-vous que l’utilisateur pourra s’en délecter du choix de chaque mot, chaque image, chaque animation. Prenons plaisir à découvrir la pensée qui se déroule sous les scrolls. Parce que nous sommes devenus tout sauf patients, commençons par l’élaboration de nos contenus.

Maï Trébuil
Maï Trébuil
Digital Nomade
Je manie le verbe numérique pour partager les bonnes pratiques social media, et les écueils à éviter. Éternelle curieuse, je m'inspire de mes déambulations, avec ou sans connexion, pour mieux vivre le nomadisme digital !