Qu’il s’agisse d’inquiétudes dans le cadre du travail ou dans la vie personnelle, il est bénéfique de savoir se recentrer sur soi-même afin de faire le vide et calmer son esprit. Dans un monde où nous sommes tous hyper-sollicités, les applications de méditation connaissent un réel engouement pour favoriser la concentration et lutter contre son ennemi numéro 1 : le stress. De plus en plus nombreuses, ces dernières ont déjà largement conquis le pays de l’Oncle Sam et ont débarquées en France depuis quelques années. Une tendance en plein boom qui ne se limite pas à une utilisation dans son salon, mais gagne également le monde du travail, devenant parfois une véritable technique managériale pour booster la compétitivité des salariés.

Méditer c’est bien, mais pourquoi ?

L’image du moine bouddhiste, assis en tailleur, les mains jointes, est longtemps restée l’idée que l’on se faisait de la méditation. Malgré ce gap culturel, la recherche active pour optimiser notre qualité de vie a depuis plusieurs années révélé les bienfaits de cette pratique. À voir les résultats du dernier baromètre QVT de Malakoff Médéric, c’est près de 70 % des sondés qui sont affectés nerveusement par leur vie professionnelle. Une récente étude de l’organisme de formation Cegos, estime à 53 % les salariés et 65 % les managers victimes du stress.

Rien d’étonnant donc à ce que les applications de méditation fassent l’unanimité dans un tel contexte. Leur rôle principal est de contribuer à mieux vivre nos émotions pour maintenir un calme intérieur, même face aux situations à risque. Considéré comme un entrainement mental, méditer s’exerce de manière régulière afin de stimuler le cortex préfrontal, source des fonctions cognitives et du raisonnement. Une action répétitive qui permet d’apaiser le corps et l’esprit, tout en restreignant les émotions négatives telles que la colère, l’angoisse ou l’inquiétude.

Lire aussi : Melomind, zen et apaisé grâce à un casque connecté

Certes, la méditation n’est pas une méthode miracle, mais il est prouvé qu’une pratique régulière diminue l’anxiété et favorise le bonheur. Des conséquences très appréciées dans le monde du travail, surtout lorsqu’elles permettent d’aborder plus sereinement les difficultés et d’améliorer les facultés de discernement. Certaines entreprises l’ont bien compris et proposent des séances de méditation au quotidien. Employés et membres de la direction sont de plus en plus nombreux à se laisser tenter et la progression des chiffres ne semble pas près de s’arrêter.

Dans le cadre de métiers à forte pression, de postes à haute responsabilité, de situations conflictuelles ou de tâches nécessitant un travail de réflexion épuisant, la méditation se montre particulièrement utile. De plus en plus accessible grâce aux applications sur smartphone, elle offre un moyen de passer outre les contrariétés et les troubles émotionnels, afin de mieux les gérer de manière pérenne.

Des applications de méditation comme s’il en pleuvait

Aux États-Unis, le marché de la méditation représentait déjà 1,21 milliard de dollars en 2017, touchant presque 15 % de la population. Après Headspace le géant du secteur, c’est l’entreprise Calm qui levait 88 millions de dollars en février dernier pour tenter de rivaliser. En France, le pionnier et leader en la matière est Petit Bambou. Lancée en 2015, l’application s’est développée pour disposer de multiples programmes de méditation accessibles à tous, n’importe quand et n’importe où. Depuis, ce sont des dizaines d’interfaces mobiles qui bousculent ce marché encore émergent. On retrouve celle du réputé psychiatre Christophe André proposant divers tests pour cibler vos besoins et des premiers pas par sessions de 3 minutes. Créée par la sophrologue Julie Lemaire, Maman Zen aide les mères débordées à retrouver confiance en elle et se relaxer. Dépassant les 500 000 utilisateurs, l’application Pleine Conscience se décline en 7 catégories et différents exercices de 3 à 30 minutes. Avec 220 méditations au total, Mind et son design attirant vous guident au travers de séances de 10 minutes. On pourra également citer Zenfie, Imagine Clarity ou encore RespiRelax.

Lire aussi : Petit Bambou : le bien-être numérique grâce à une application de méditation

Pour la grande majorité, un contenu gratuit est accessible pour se faire la main, puis un abonnement vous offre un accès complet à des programmes plus personnalisés. Dans tous les cas, les applications de méditation offrent une disponibilité à tout moment par le biais du smartphone. Elles offrent un suivi régulier pour affermir votre motivation et génèrent une communauté d’usagers qui partagent leurs impressions.

Il y a quelques semaines, le mardi 4 juin 2019, l’application Headspace faisait son entrée dans l’hexagone avec sa version française. Numéro 1 mondial en nombre d’utilisateurs, elle doit son succès à Andy Puddicombe, un anglais devenu moine bouddhiste, puis entrepreneur à son retour d’Asie. Depuis le lancement d’Headspace en 2010, il a inspiré des millions de personnes à une époque où la méditation était encore une pratique bien nébuleuse. Le concept consiste à définir d’où vient le stress qui vous envahit, avant de proposer des séances enregistrées appropriées.

Une nuance est toutefois à apporter vis-à-vis d’éventuelles dérives commerciales et philosophiques.

Pas encore convaincu par les bienfaits de la méditation ? Que vous soyez adepte du développement personnel ou un grand stressé, le mieux c’est encore d’essayer pour se faire son propre avis sur les bénéfices de la méditation. Je ne sais pas vous, mais moi je vais me faire une petite séance d’introspection directement depuis mon smartphone. Après tout, qui ne tente rien n’a rien ! Quant à savoir quelle application j’ai sélectionnée… mystère… Je ne veux pas vous influencer, le choix n’appartient qu’à vous.

Thomas Bossy
Thomas Bossy
Scribe numérique
Voilà un mot bien inusité pour se retrouver devant notre digital, qui lui bien connu, envahit nos vies modernes d’une multitude de manières. J’aime jouer sur les contrastes, fouiller, chiner et comprendre ce qui fait les particularités d’un sujet pour le mettre en avant. Je suis un scribe derrière son écran.