On le sait tous, les matières plastiques font partie de notre quotidien tout comme leur impact désastreux sur la planète. Malgré les efforts écologiques des gouvernements, les emballages alimentaires se retrouvent toujours à l’autre bout du monde sur des îles vierges aux plages autrefois paradisiaques. Alors quand une jeune entreprise française invente un nouveau plastique écologique qui se dissout dans l’eau, il y a de quoi être fier ! Aucun doute que cette innovation unique au monde est promise à un grand avenir. En multipliant ses domaines d’application, Lactips pourrait bien apporter une réelle solution à un problème qui dure depuis trop longtemps : freiner la production de plastique et la pollution qu’il engendre.

Un plastique à base de lait qui fond sous la langue

Présidente et fondatrice de Lactips, Marie-Hélène Gramatikoff explique sans détour que tout est parti d’une erreur de dosage lors d’un test en laboratoire en 2014. Une heureuse erreur qui a donné naissance à une matière unique fabriquée à partir de caséine, la protéine du lait. Considérée comme l’un des principaux acteurs de l’économie circulaire, l’entreprise a été la lauréate du Grand prix du Circular Challenge en 2018. Après plusieurs levées de fonds, Lactips s’est ouvert à de nombreux marchés et continue la recherche pour de nouvelles applications.

Avec une démarche écologique de plus en plus pressante, les industriels se doivent de trouver les moyens pour limiter l’impact environnemental de leur activité. C’est là qu’entrent en jeu Lactips et son matériau biosourcé non polluant. Il permet la conception de films plastiques hydrosolubles complètement biodégradables et parfaitement adaptés à l’emballage des produits alimentaires ou autres. Pouvant même être consommés sous toutes leurs formes, les granulés plastiques Lactips sont totalement inoffensifs en cas d’ingestion, autant qu’une goutte de lait. Seul un léger goût sucré reste sur le palais !

Lire aussi : Internet. Et si on passait au Green ?

Capables de ralentir la dégradation des aliments au profit de la fraîcheur, les films Lactips constituent une excellente barrière au gaz et à l’oxygène. Une matière plastique éco-responsable idéale pour l’emballage de divers aliments. La startup œuvre également contre le gaspillage en utilisant pour sa production des protéines de lait impropres à la consommation. Une initiative pour laquelle elle s’implique pleinement en développant une filière de récupération de ce type de lait pour des applications non comestibles. En plus de cette large palette d’avantages, les granulés thermoplastiques s’avèrent imprimables et sujets à tous les processus classiques de la plasturgie.

Une ambition qui sonne comme une nécessité pour l’environnement

Avec sa remarquable invention, l’entreprise Lactips semble prête à décoller, et ce n’est pas la planète qui va s’en plaindre ! Une nouvelle usine verra le jour en 2021 pour permettre de multiplier les bénéficiaires de ses nombreuses applications. Parmi elles, on retrouve les produits agrochimiques avec une solution d’emballages unidoses écologiques. L’industrie agroalimentaire dont le film bioplastique répond parfaitement aux exigences environnementales et offre d’excellentes propriétés de conservation. À long terme, le domaine des cosmétiques et du médical est également envisagé. En premier lieu, c’est le marché des détergents qui est la cible numéro un de la startup au travers d’un récent partenariat d’exclusivité avec BASF. Les emballages hydrosolubles Lactips ont entre autres pour but de remplacer les films d’alcool polyvinylique de différents produits comme les pastilles pour lave-vaisselle.

Lire aussi : GreenTech, BioTech, CleanTech, la Tech écolo prend sa place sur le podium du CES 2019

Difficile de ne pas souhaiter à Lactips une longue et fructueuse évolution tant l’innovation offre de bénéfices sur le plan écologique en permettant aux emballages multicouches de devenir recyclables. Rien d’étonnant à ce que Marie-Hélène Gramatikoff ambitionne une importante hausse de son chiffre d’affaires d’ici 2020. En attendant, l’entreprise compte bien renforcer son équipe de passionnés pour s’exporter à l’international et multiplier les nouveaux marchés. Pour y parvenir, une nouvelle levée de fonds se profile à l’horizon…

 

Après des années d’efforts pour le traitement des déchets plastiques qui semblent toujours insuffisants, Lactips représente un premier pas significatif vers une solution technologique de remplacement. Certes, elle ne pourra pas effacer les 6,3 milliards de tonnes de plastiques encore présentes sur Terre, mais pourrait en diminuer l’accumulation. Espérons que les industriels seront nombreux à plébisciter l’utilisation de ce nouveau matériau bioplastique à base de lait… pour le bien de tous.

 

Thomas Bossy
Thomas Bossy
Scribe numérique
Voilà un mot bien inusité pour se retrouver devant notre digital, qui lui bien connu, envahit nos vies modernes d’une multitude de manières. J’aime jouer sur les contrastes, fouiller, chiner et comprendre ce qui fait les particularités d’un sujet pour le mettre en avant. Je suis un scribe derrière son écran.