La France, véritable ruche du numérique engagé

Pour le citoyen lambda, apposer sa signature électronique au bas d’une pétition ou réagir à un post dénonciateur sur les réseaux sociaux est devenue monnaie courante. Aujourd’hui, rien de plus facile que de s’informer, de s’indigner et de rassembler en ligne. Mais à quoi ressemble l’innovation au service de l’intérêt général, concrètement ?

En France, 4000 structures apportent des solutions aux enjeux sociétaux et environnementaux d’aujourd’hui et de demain. Ces initiatives, souvent issues de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS), rassemblent pour mieux déplacer des montagnes. FEST, France Eco-Sociale Tech, est en pleine expansion avec plus de 300 acteurs du secteur ; ils ont même cartographié leur écosystème. De son côté, la Social Good Week œuvre pour un web plus humain et inclusif. Selon Frédéric Bardeau, co-fondateur de l’école Simplon, la Tech for Good aurait son rôle à jouer pour détacher la French Tech des gros succès américains souvent à l’opposé des valeurs solidaires.

Lire aussi : Be Safe Challenge : quand l’innovation se mobilise pour la sécurité des femmes

Dans un édito, Christine Kerdellant, directrice de la rédaction de L’Usine Nouvelle, soulève la question d’un nouveau modèle de société post-Gafa. La mobilisation numérique s’aligne justement dans cette pensée et agit comme une force fédératrice auprès d’un plus grand nombre. On commence par s’attaquer aux problèmes locaux à petite échelle pour un jour passer au niveau mondial.

Le digital, une force inclusive

L’émancipation éducative via le numérique n’est pas chose nouvelle. Certaines initiatives vont encore plus loin en alliant pédagogie et innovation pour encourager ceux qui rencontrent des difficultés professionnelles, rendre les formations plus engageantes et la montée en compétences plus fluide. Un enjeu à la fois humain et technique. S’en est fini de la Tech froide, ici le ludique domine et donne envie de se dépasser.

  • Emmaüs Connect travaille à l’inclusion numérique pour les personnes en difficulté. Sous leur motto « Faire du numérique une chance pour tous » fleurissent des ateliers ludiques pour développer l’autonomie en ligne, des formations professionnalisantes et l’implication des collectivités locales et entreprises. Au-delà de la capitale, le réseau s’étend sur plusieurs grandes villes françaises, dont Lyon, Grenoble, Lille, Marseille et Bordeaux.
  • « Un futur plus juste et inclusif » c’est ce que vise Bayes Impact avec son intelligence artificielle, Bob-emploi, qui aide les demandeurs d’emploi à améliorer leur employabilité. De son côté, Chance combine digital et humain en pratiquant le « coaching augmenté » pour apprendre aux personnes éloignées de l’emploi à valoriser leurs compétences. Après avoir mis en relation candidats et coachs expérimentés, la plateforme permet aussi aux entreprises de recruter au sein de sa communauté. Pôle Emploi, si tu nous lis…
  • Enfin, EHPAD’PANIC s’attaque à un métier en tension, celui d’aide-soignant dans les EHPAD en rendant la formation en ligne plus fun, un précieux coup de pouce pédagogique. Allez faire un tour en EHPAD virtuelle, c’est vraiment parlant !
innovation numérique

Lire aussi : CleanTech : quand l’innovation s’attaque à nos déchets

La mobilisation numérique propose des actions concrètes face aux problèmes de société. On parle d’une véritable médiation numérique qui s’adresse à ceux qui veulent aider, mais sans trop savoir comment. Entourage crée du lien entre les sans-abris et les citadins qui les croisent au quotidien. On y organise des collectes de vêtements, des rencontres café, des cours de français et aussi des maraudes.

Pour les personnes à mobilité réduite, une cause étroitement liée aux enjeux de la Smart City, Jaccede recense l’accessibilité des lieux publics grâce à son outil collaboratif. Faciligo est une petite révolution pour les voyageurs à mobilité réduite. Voyager solidaire et moins cher c’est possible, le billet de train du covoyageur bénéficie d’un rabais. Son système gagnant-gagnant allie l’utile à l’éthique et s’est même doté d’une assurance spéciale « voyage co-solidaire » avec la MAIF. Basé sur les principes d’un outil communautaire, on y crée un profil et laisse des commentaires sur ses covoyageurs pour aider les autres à faire leur choix. L’option parfaite pour s’assurer que mamie arrivera à bon port après un week-end en famille.

Sauver la planète pas à pas, un défi à la fois

En juin 2018, un sondage IFOP révélait que 71 % des répondants jugeaient insuffisants les efforts du gouvernement français quant à la protection environnementale. Autre chiffre probant, 52 % des sondés sont convaincus de l’influence positive qu’aurait une démarche écologique sur la qualité de vie et la création d’emplois. Améliorer son quotidien et créer des opportunités en protégeant mère Nature, comment ne pas opiner du chef face à ces objectifs alléchants ?

La mobilisation numérique, ce sont aussi des applis au discours positif et encourageant. Elles éduquent sur les petits gestes écologiques et coachent les utilisateurs vers de meilleures habitudes. C’est ce que font 90jours et WAG (We Act for Good, nous agissons pour le bien en français). La petite dernière, lancée par WWF France, l’Ademe, La Poste et La MAIF, propose 500 défis écologiques. Divisée en cinq catégories : « bien manger », « vers le zéro déchet », « se déplacer », « optimiser son énergie », « do it yourself », l’appli s’autoproclame « arme de transition massive ». Toute ritournelle culpabilisante est proscrite et se retrouve remplacée par une expérience augmentée dans un mélange de coaching et de gamification. Ludique et à effet immédiat !

Le digital s’est attaqué à ce qui passe par nos assiettes. On ne présente plus Yuka qui apporte plus de transparence à vos courses. #Nutellatoietmoic’estfini. Mais un autre enjeu gastronomiquement urgent rôde : le gaspillage alimentaire. TooGoodToGo invite à racheter les fins de service de restaurants ou les périssables en grande surface. Le plus ? Grâce à sa fonction de géolocalisation, on découvre des nouvelles adresses près de chez soi ou de son travail. Pour les entreprises, Phénix prend en main leur surplus et revalorise les déchets, pas que de l’alimentaire ici, on y retrouve aussi le recyclage.

mobilisation numérique

La participation citoyenne en un clic

Maintenant rassasié d’une saine pitance, attaquons-nous à la citoyenneté, terrain de jeu du numérique engagé. Mieux comprendre le monde en évitant de se faire submerger par l’information, c’est la mission de Voxe. Son robot conversationnel décrypte l’actualité pour ses utilisateurs tout en les laissant décider de la fréquence des messages (récapitulatifs hebdomadaires ou alertes ponctuelles). Voxe s’engage également à ne pas se servir de vos données à des fins lucratives, ainsi elles restent bien à l’abri. L’anti fake news!

Ça fourmille de solutions aux grands enjeux sociétaux sur Fluicity : cette appli mobile permet aux porteurs de projet de demander l’avis d’un groupe de citoyens. On peut y soutenir des projets en votant et même participer à des groupes de consultation citoyenne.

Devant l’urgence de la dégradation de notre planète et la résolution de crise à l’allure d’escargot des pouvoirs publics, le lobby citoyen pour le climat United4Earth a décidé de prendre les choses en main. « En constatant qu’il existait aujourd’hui beaucoup d’initiatives, de mouvements et de collectifs de citoyens qui agissaient déjà dans la même direction, nous avons souhaité créer un outil qui leur permettra d’agir efficacement et concrètement d’une manière décentralisée », explique Flora Magnan. Sa version bêta est attendue avant la fin de l’année. D’un impact au niveau local aussi bien qu’à l’international, l’idée est de mettre un outil simple d’adoption et d’utilisation à disposition des citoyens. Issue d’une campagne de crowdfunding clôturée au mois d’octobre 2018, la plateforme compte 530 co-fondateurs ! Affaire à suivre !

L’humain partagé entre virtuel et réel

Contre toute attente, les initiatives Tech à impact sociétal prennent corps dans le réel et ne limitent pas à la 2D sous l’aura d’une lumière bleue. Des lieux physiques matérialisent l’élan en ligne, c’est par exemple le cas de La Paillasse et du Liberté Living Lab à Paris. Dans les lycées et collèges, la Voxe Academy, animée par des bénévoles, sensibilise les jeunes citoyens à la politique et réinvente le concept du café-débat. Le digital se met au diapason de nos attitudes dans le monde physique et cherche à les amplifier

Pas une marche, un mouvement dénonciateur sans un hashtag pour pousser à la prise de parole en ligne. De plus en plus d’entités, associations, entreprises, marques, se saisissent brillamment des réseaux sociaux comme porte-voix pour rectifier les croyances et éduquer les consommateurs. Dernier mouvement en date le raz-de-marée anti « Black Friday » dénonce cette journée de surconsommation massive annuelle tout droit venu des États-Unis. Il suffit de voir le post Instagram dédié à la question de la marque française de baskets à la production transparente, VEJA, 7 295 likes et les compteurs continuent de tourner…

 

La mobilisation civique via le numérique s’adresse beaucoup à ses utilisateurs en tant que citoyens. C’est l’occasion de rappeler que chaque achat, on oserait même dire like, est un vote de soutien à la marque, ainsi qu’envers ses pratiques. À présent vous n’avez plus aucune excuse pour rendre réalité vos convictions, la démocratie est en ligne. Comme le chantait Sam Cook “A change is gonna come. Oh yes it will!”

Maï Trébuil
Maï Trébuil
Digital Nomade
Je manie le verbe numérique pour partager les bonnes pratiques social media, et les écueils à éviter. Éternelle curieuse, je m'inspire de mes déambulations, avec ou sans connexion, pour mieux vivre le nomadisme digital !