Oui au transport écolo !

Les klaxons, les pots d’échappement et le bruit sont le quotidien de nos centres-villes. Au fil des années, la voiture a envahi le paysage urbain et représente un facteur colossal de pollution. Aujourd’hui, les mentalités ont évolué et cherchent à limiter son usage au travers de journée sans voiture ou d’accès limité aux grandes agglomérations. Les innovations technologiques visent désormais les mobilités douces et non polluantes, auxquelles les pouvoirs publics attachent une place de plus en plus importante.

Au cœur de cette tendance, le plan vélo dévoilé ce vendredi 14 septembre par Édouard Philippe tend à renforcer l’usage du 2 roues au bord de nos routes. Parmi les mesures attendues, on retrouve une volonté de développer les pistes cyclables avec un budget de 350 millions d’euros sur sept ans pour cofinancer les infrastructures des collectivités locales. Pour assurer la sécurité de nos chers cyclistes, il propose la création d’un espace « Sas vélo » en amont des nouveaux feux installés dans les agglomérations à partir de 2019. Pour faciliter l’identification et limiter les vols, chaque vélo neuf, classique comme électrique, devra dans un délai d’un an posséder un numéro d’immatriculation. Autre mesure phare, la mise en place d’un forfait mobilité durable allant jusqu’à 400 euros en franchise d’impôt et de cotisations sociales. Bien que facultatifs, les employeurs auront ainsi la possibilité de participer aux frais de déplacement à vélo, en remplacement de l’indemnité kilométrique.

Lire aussi : Devenir digital responsable, l’idée fait son chemin

Alors que plusieurs start-ups apportent des solutions numériques pour encourager le partage automobile à l’exemple de OuiCar, les trottinettes électriques se multiplient à chaque coin de rue. Jeunes, vieux, tous les profils semblent apprécier ce mode de déplacement pratique et écolo, idéal pour effectuer de petits trajets. Rien ne semble freiner cet engouement et surtout pas les nombreux travailleurs qui profitent de l’application Mobistreet pour louer leur engin.

Après le petit modèle, l’émergence des scooters électriques n’allait pas tarder. À l’exemple de Cityscoot à Paris et à Nice, la location en libre-service gagne chaque jour de plus en plus d’adeptes.

Le paysage de nos agglomérations se redessine lentement mais sûrement. La nécessité d’œuvrer pour l’environnement, ainsi que le ras-le-bol des conséquences écologiques et financières de la voiture pousse progressivement les consciences dans le droit chemin.

Objectif : les transports disponibles en un clic

Si l’on veut accélérer le changement en matière de mobilité, il est impératif d’abattre toutes les barrières qui le freinent. Avec la mission de French Mobility, le gouvernement a lancé le 13 juin dernier un programme regroupant les moyens pour y parvenir et pour favoriser les innovations en la matière. L’intérêt est notamment de faciliter l’accès aux transports pour tous et à travers l’ensemble des régions de France.

Après un premier pas en juin avec la gratuité du passe Navigo pour les plus de 65 ans, la RATP enchaîne avec la disparition progressive du ticket de métro. Même si le petit bout de carton risque de manquer aux nostalgiques, force est de constater qu’il sera désormais bien pratique de payer et franchir les portiques du métro en utilisant son smartphone. Gardez-en quelques-uns au fond de votre portefeuille, ils seront bientôt collector !

Lire aussi : Hut : un petit toit pour l’homme, un grand pas vers la maison intelligente

L’avenir du transport se déciderait-il sur mobile ? En tout cas, des innovations apparaissent aux quatre coins de l’hexagone. Du côté d’Arcachon, des QRcodes disposés sur les bus permettent aux locaux de payer leur titre de transport et de profiter d’une palette de fonctionnalité à l’aide de l’application MyBus. La commune de La Roche-sur-Yon propose aux usagers un calculateur d’itinéraire pour comparer tous les modes de transport à disposition. Dans la ville de Tulle, vous pouvez suivre le parcours de votre bus en temps réel directement sur votre smartphone avec Pysae. Vous n’aurez plus d’excuses si vous arrivez en retard !

Seule ombre au tableau, les plus âgés d’entre nous ne sont pas toujours à l’aise avec les spécificités des applications sur téléphone. Heureusement, certaines start-ups comme Geekzie aident et forment ceux qui le souhaitent à maîtriser toutes les techniques pour se déplacer grâce au web. Des ateliers proposés par le Maif social club pour aborder théorie et pratique à tout âge et venant de tous horizons.

Transports en route pour le futur

Certaines sont déjà là, d’autres nous font doucement rêver. Dans le domaine du transport, les innovations ne manquent pas et le futur approche à grands pas. Le salon Vivatech 2018 a dévoilé des solutions diverses pour façonner l’avenir à nos besoins de déplacements tout en améliorant considérablement notre environnement. Qui a dit que les écolos ne pouvaient pas nous en mettre plein les yeux ?

On commence doucement avec une réponse à la demande grandissante en matière de scooters électriques. Toujours plus pratiques, on avait déjà pu observer l’Unu et sa batterie à emporter. Avec seulement 9 kg, il affichait une autonomie de 50 km pour un prix très abordable. Cette fois, on monte en gamme avec l’Ujet, un scooter pliable et connecté possédant une autonomie trois fois plus importante. Un petit bijou que l’on déverrouille et géolocalise au besoin par le biais du smartphone.

Comment éviter de parler des transports autonomes ? À l’image des teslas du milliardaire Elon Musk, ils ont passé le stade d’utopie pour devenir une réalité tangible. Le taxi autonome de la start-up lyonnaise Navya, humblement appelé AutonomCab, sera mis en circulation d’ici peu. Du côté des rails, la SNCF projette de tester ses premiers prototypes de trains entièrement automatiques avant 2023. Un projet qui permettra d’augmenter le nombre de trains sur le réseau existant sans nécessiter de nouvelles lignes. Également un excellent moyen d’améliorer la ponctualité. C’est les usagers qui vont être contents !

Et si la Seine redevenait un espace efficace pour se déplacer ? Les taxis « Sea Bubbles » lévitant au-dessus de l’eau sont actuellement en test. Ils ne causent aucune émission de carbone ni bruit, pas même une vague grâce à un principe breveté.

On finit en beauté avec celle qui sera peut-être la première voiture volante. Le concept Pop.Up Next né de l’association entre Audi, Italdesign et Airbus est semblable à un énorme drone muni d’un habitacle. Capable de rouler à 100 km/h, il peut s’envoler pour vous emmener jusqu’à la destination choisie à une vitesse de vol de 590 km/h. Un moyen de transport qui reste encore à l’étape de projet d’ici à ce qu’une réglementation se mette en place.

 

Il est clair que nous sommes à l’aube d’un profond bouleversement de notre mobilité. Les anciens modes de transport à l’image de la voiture à moteur thermique sont encore bien présents, mais le mouvement écologique gagne du terrain dans les esprits. Alors que les nombreuses innovations alternatives se perfectionnent, les pouvoirs publics poussent au changement. L’avenir du transport est à nos portes, ce n’est plus qu’une question de temps… reste juste à savoir combien !

Thomas Bossy
Thomas Bossy
Scribe numérique
Voilà un mot bien inusité pour se retrouver devant notre digital, qui lui bien connu, envahit nos vies modernes d’une multitude de manières. J’aime jouer sur les contrastes, fouiller, chiner et comprendre ce qui fait les particularités d’un sujet pour le mettre en avant. Je suis un scribe derrière son écran.