Quand Apple veut tout rafler

Avant, acheter une tablette au nom de la pomme, cela coûtait un bras, voire deux. Mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, Apple a décidé d’inonder le marché de la tablette, afin de ne plus se laisser grignoter petit à petit par les autres tablettes à bas prix du marché. Sortant ainsi (un peu) de son positionnement d’objet de luxe, le dernier iPad est devenu un objet destiné à tous et plus précisément à ceux appartenant au secteur de l’éducation et de la formation. La preuve en est, la publicité proposée sur toutes les télés par Apple, montrant une jeune fille utilisant sa tablette pour l’école. De quoi donner envie de retourner sur les bancs du Collège-Lycée.

Il faut dire que Google, avec ses tablettes sous OS Android, faisait de l’ombre à Apple, notamment aux États-Unis, sur le marché de l’éducation, un marché très convoité outre-Atlantique. Pour faire face à l’autre géant du numérique, Apple a décidé de séduire les élèves et enseignants à coup de réductions et de communication ultra-ciblée via cette tablette à « seulement » 359 euros. Seulement ? Oui, bien sûr tout est relatif et cela dépend de l’usage que vous faites d’une telle tablette. Mais à la vue de la polyvalence de l’iPad 9,7 pouces, alors qu’il vient titiller sa propre gamme de l’iPad Pro dont le premier prix dépasse les 700 euros, il faut bien dire que les équipes Apple sont bien décidées à prendre une place plus importante sur le marché.

L’expérience Apple

Ceux qui ont déjà acheté un objet Apple le savent, il y a le moment de l’ouverture de la boîte, ce moment de découverte qui permet de sortir son précieux. Bien sûr, les maladroits s’abstenir : on évite de faire tomber iPhone, iPad ou autre Mac Book par terre. Généralement, ils le prennent plutôt mal. A l’heure du Wifi et de la 4G, il devient ensuite plus simple d’installer son iPad, à l’aide de son iPhone. Oui, oui, avec son iPhone. En allumant votre nouvel iPad, il vous demandera si vous avez votre propre iPhone à proximité et si vous souhaitez que les deux appareils se connectent pour une installation plus facile et plus rapide de vos paramètres. C’est la magie de la technologie et cela fait son petit effet, surtout quand on pense aux heures passées jadis à reprogrammer nos anciens smartphones et tablettes. Désormais, quelques minutes suffisent pour que le précieux devienne opérationnel. Et mine de rien, ce sont ces petits riens qui vous facilitent la vie.

Le pencil qui change tout

Il faut bien le dire, ce qu’on adore avec cet iPad 9,7 pouces, c’est la compatibilité avec l’Apple Pencil. Réservé jusqu’à présent aux iPads de la gamme Pro, le pencil (d’une valeur rondelette de 99 euros), vient désormais s’acoquiner avec le petit dernier. Qu’il est agréable de découvrir le dessin sur iPad ! ProCreate deviendra rapidement votre nouvelle application préférée, pour réaliser croquis, dessins et aplat de couleurs, tout comme révéler l’artiste qui sommeille en vous. Bien sûr, si pour certains ou certaines il ne s’agit que d’un gadget, pour d’autres, c’est tout un monde de création qui se retrouve à la portée de leur bourse. Effectivement, les créas en herbe ou les plus confirmées devaient jusqu’à présent investir dans un iPad Pro à plus de 700 euros. Désormais, les débutants peuvent se « contenter » d’un iPad à moitié prix, qui suffit largement pour faire ses premières armes. Toutefois, on ne le niera pas, la précision sera beaucoup plus au rendez-vous avec un iPad Pro. Les plus confirmées auront donc tout intérêt à continuer de lorgner vers le haut de la gamme.

La prise de note réinventée

Mais le pencil ne sert pas qu’à dessiner, bien au contraire. Il devient aussi le nouvel allié de votre prise de note. Pour les réfractaires du papier, du Moleskine à gogo et pour tous ceux et celles qui n’arrivent pas à tenir leur bullet journal à jour, l’iPad peut être la solution. Si l’application native Notes permet déjà d’accéder à des fonctionnalités sympathiques, permettant de mélanger prise de notes manuscrites, croquis et images, l’application GoodNotes a aussi de quoi séduire. On retrouve avec elle une véritable sensation d’écriture manuscrite, sans avoir besoin de lever son poignet pour ne surtout pas toucher l’écran. Au contraire, on peut écrire naturellement, et organiser ses notes facilement. Dans cette ère de nomadisme digitale, l’iPad peut alors faire office d’ordinateur d’appoint, de carnet de croquis et de carnet de notes, tout en se glissant facilement dans un sac. Pratique !

Et avec un iPad, on joue ?

Le marché du jeu sur smartphone et tablette est telle, que des joysticks adaptés à l’environnement tablette ont été édités. La manette Gamevice (110 euros toute de même) est notamment compatible avec l’iPad Pro, mais malheureusement pas avec le dernier iPad. Vraiment dommage, car ce type de dispositif avait le grand mérite d’améliorer l’immersion des Gamers dans les jeux. C’est en effet cette immersion qui fait défaut pour faire de bons jeux de rôle sur tablette. C’est peut-être l’une des raisons qui veut que les Gamers – les vrais de vrais – sont rarement des Apple addict, puisque pour jouer en réseaux, leur consoles et PC demeurent leur Graal. Il reste bien sûr quelques jeux addictifs sur tablette, comme tous les jeux de cartes, de logiques et autres Angry Bird en puissance pour passer le temps.

Manette Gamevice Apple

Toutefois, l’expérience proposée est souvent limitée. Il est rare de se prendre pour un oiseau ou une pierre précieuse. Et pourtant, le marché du jeu sur smartphone et tablette continue de prendre de la place, notamment en France. Sur les 4,3 milliards d’euros dédiés au jeu vidéo en 2017, 778 millions venaient des jeux sur mobiles et tablettes, soit une hausse de 22 % comparé à 2016 (cf. Le Bilan marché 2017 du Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisirs). Autant dire que le jeu fait bien partie de l’ADN et de l’usage de ces outils de la mobilité. Toutefois, les développeurs tâtonnent et cherchent de nouveaux usages, à la façon d’un Flower, jeu permettant de prendre les commandes du vent, créé par Annapurna Games, ou d’un Florence, une nouvelle façon de vivre une histoire dont on aimerait être le héros.

Les gros points noirs au tableau de l’iPad

Bien sûr, tout n’est pas rose au pays d’Apple et l’iPad a ses limites pour un usage nomade. Pour ce dernier modèle vendu à 359 euros avec wifi, notez que vous ne pourrez pas acheter le Smart Keyboard, cette housse clavier vendue chez Apple, dans la mesure où elle n’est compatible qu’avec la gamme Pro. En effet, ici le smart connector présent sur la gamme Pro a été supprimée de l’iPad d’entrée de gamme. Heureusement, le bluetooth est notre ami et permet très facilement de choisir un clavier adapté (cf. le Keys-To-Go de Logitech), moins cher et tout aussi pratique, pour celles et ceux qui voudrait pouvoir pianoter facilement dessus et utiliser l’iPad comme un ordinateur d’appoint. Ce point noir est donc facilement contournable.

Par contre, les accros de la suite Office devront mettre la main au portefeuille. En effet, impossible d’acheter la suite une bonne fois pour toute comme sur un ordinateur avec le format tablette. Vous vous retrouvez à payer un abonnement mensuel ou annuel pour Word, Excel et PowerPoint, dès lors que vous souhaitez créer et modifier des documents Office depuis votre tablette. On n’apprécie moyennement la démarche de Microsoft. Vous pouvez toutefois consulter les documents Office gratuitement. Il faudra simplement vous mettre à la suite Apple, avec Pages, Numbers et Keynote intégrée à l’iPad. Ce qui n’est d’ailleurs pas vraiment un problème, puisque ces logiciels sont tout aussi bien faits, voire mieux faits et très instinctifs dans leur mode de fonctionnement.

Notons toutefois un dernier point noir : la compatibilité avec certains site web. En effet, quelques sites ont décidé de développer une application dédiée aux tablettes et smartphones. Résultat, dès que vous tentez de vous y rendre via le navigateur internet, vous êtes gentiment redirigé vers l’application sans autre forme de procès. Mais voilà, encore aujourd’hui, bien souvent, les applications proposent moins de fonctionnalités que les version desktop, et c’est ainsi que l’on se retrouve malgré nous, le bec dans l’eau, à attendre de retrouver son laptop pour accéder à toutes les données. Et ça peut vraiment agacer. Heureusement, il existe une parade ! Il faut partir à la recherche de l’icône « version pour bureau du site », depuis le bouton partager de safari (merci à Stéphane Ribeiro pour l’astuce).

C’est bon, vous êtes prêts à courir acheter le dernier iPad pas cher à l’Apple Store du coin ou en ligne ? Vous aussi, vous avez envie de vous laisser tenter par la pomme et de croquer le fruit défendu ? Vous aurez en tout cas un outil pratique en main, disposé à vous suivre partout, pour le travail pour répondre à vos mails et créer des documents bureautiques, pour les loisirs pour surfer sur Internet ou regarder des films (et pas que Netflix), pour les vacances, pour jouer sur ce nouvel objet de gaming qui monte qui monte. Vous serez un peu plus, mais pas moins, un digital nomade.

Aurore BISICCHIA
Aurore BISICCHIA
Conteuse numérique
Cofondatrice des Chuchoteuses, je suis une mordue de l'organisation, une adepte de la communication et un jukebox à mes heures perdues. Amoureuse des arts visuels, je milite pour que la série devienne le 11 ème art et demeure à tout instant passionnée des petits mots comme des grands.