Quelques-uns d’entre vous se souviennent peut-être du film P.S. I love you, production américaine, mettant en avant Gerard Butler et Hilary Swank. Dans cette romance dramatique, un couple vit le parfait amour, jusqu’à la mort du compagnon. Conscient du drame que s’apprête à vivre sa femme et afin de l’aider à retrouver du sens à sa vie, ce dernier a préparé 10 lettres avant sa mort, que celle-ci reçoit au fur et à mesure, selon un calendrier précis. Ce film date de 2008. Aujourd’hui, en 2018, la démarche du mari aurait certainement été différente. Il se serait filmé, aurait envoyé des mails, ajouté quelques photos, avant de penser à laisser des lettres manuscrites, écrites noir sur blanc. C’est en faisant ce constat que Nicolas Duran a choisi de lancer une plateforme dédiée aux messages post mortem, PS Read Me.

Qu’est-ce qui vous a poussé à créer PS Read Me ?

Ancien pompier de Paris, j’ai eu l’occasion d’être dans l’intimité de moments dramatiques. Et souvent, j’ai entendu : « si j’avais su ». Lors de mes nombreuses interventions, j’ai vu cet instant où tout bascule en seulement quelques minutes, et où la mort s’invite à la table. Bien souvent, les proches donneraient beaucoup pour avoir quelques mots de plus du défunt. C’est finalement quand le drame est venu frapper à ma porte, que j’ai créé un site internet me permettant de laisser une trace à mes proches, aux gens que j’aime. Et en voyant que cela intéressait d’autres personnes, j’ai souhaité aller plus loin, transformer le site internet en plateforme et proposer un service utile pour tous. Aujourd’hui, je ne le fais pas pour gagner de l’argent, j’ai un autre métier à côté. Je veux juste aider les gens. D’ailleurs, le nombre d’abonné est actuellement suffisant afin de pérenniser les hébergements de données. C’est pourquoi, bientôt, à chaque palier de 10 000 inscriptions passées, je souhaite effectuer un don, en euros, équivalent à ce palier pour des associations qui aident.

Comment fonctionne la plateforme PS Read Me ?

Pour s’inscrire, il faut une pièce d’identité et deux témoins. Les témoins reçoivent ensuite un mail et peuvent accepter ou refuser d’être le témoin de cette démarche. On peut alors choisir son propre « jardin secret »  afin de le renseigner tout au long de sa vie.  Le jardin secret « sérénité », proposé à 1 euro par mois, permet de donner quelques directives ou suggestions pour ses obsèques, comme un dresscode, la musique qui nous correspond, la photo qui nous accompagnera, un texte écrit de son vivant et avec ses propres mots afin qu’il soit lu par nos proches. Le jardin secret « éternel », proposé à 4,90 euros par mois permet, en plus, d’adresser un album photos, des vidéos et des messages personnalisés qui seront adressés à une personne de son choix le moment venu, soit juste après le décès soit à une date prédéfinie, pour un anniversaire par exemple ou un autre moment clé. Enfin le dernier jardin secret « Infini » proposé à 79 euros, en une fois, permet d’envoyer des messages à plusieurs personnes quelques années après son départ.

Lire aussi : Pompes funèbres 2.0

Comment assurez-vous la pérennité des données ?

Pour débloquer les données, l’un des témoins doit nous faire parvenir un certificat de décès et une pièce d’identité. La vérification se fait manuellement et PS Read me se réserve le droit de ne pas débloquer le contenu en cas de doutes. Nous pouvons par exemple contacter une mairie afin de le confirmer. Pour la sauvegarde des données, nous passons par une société qui s’appelle IP Garde, située à Valence. Ils ont mis en place une redondance de trois serveurs. Avec eux, nous sommes sur les mêmes systèmes de sauvegarde que les grandes structures nationales qui ont vocation à être encore là dans 10 ans et bien plus. Par ailleurs, les données partent en étant cryptées au serveur. Le décryptage ne survient qu’au moment du déblocage du compte. Et afin de proposer un service encore plus simple et facile d’utilisation, la plateforme va être mise en avant sur kickstarter. Cette levée de fond participative permettra le développement d’une application mobile. Lors de cette campagne kickstarter, qui se déroulera sur une période d’un mois, 1 euro financé permettra 10 ans d’abonnement au jardin secret sérénité, 10 euros financés permettront 30 ans d’abonnement à ce même jardin. Deux autres formules seront proposées. Nous devrions lancer cette campagne au début du mois de juillet 2018.

Lire aussi : Transhumanisme, la technologie de l’homme cloud

Et cela concerne-t-il essentiellement les gens malades ou d’un âge avancé ?

Bien sûr que non ! En effet les personnes malades et atteintes de graves maladies ont un sens aigu de la perte et prennent souvent le temps de penser aux vivants. En revanche d’autres personnes s’inscrivent simplement parce qu’elles sont prévoyantes, parce qu’elles savent que la mort peut frapper à notre porte sans prévenir. L’idée du site, c’est plutôt qu’il ne soit plus jamais trop tard et de penser aux vivants, à ceux qui restent et de les accompagner. Il s’agit d’animer enfin cette photo restée trop longtemps figée en faisant place à un regard, une gestuelle, une voix, des mots, des expressions qu’ils pourront recevoir, un jour ou les consulter à leur convenance. Je pense souvent à ces enfants, dont un parent est parti trop tôt, souhaitant savoir qui ils étaient. On prépare bien des mariages à plus de 20 000 euros. Ici, il s’agit de laisser quelque chose de fabuleux à ses proches pour le prix d’un café et de les aider à enlever cette boule au ventre.

Aurore BISICCHIA
Aurore BISICCHIA
Conteuse numérique
Cofondatrice des Chuchoteuses, je suis une mordue de l'organisation, une adepte de la communication et un jukebox à mes heures perdues. Amoureuse des arts visuels, je milite pour que la série devienne le 11 ème art et demeure à tout instant passionnée des petits mots comme des grands.