Avant, l’amour c’était comment ?

Est-ce que vous souvenez de l’amour à distance avant, avant Internet, avant les forfaits téléphoniques illimités, avant le smartphone généralisé, avant la 4G ? On s’écrivait de longues lettres enflammées, quelques petits mots doux, on faisait exploser le compteur de notre facture téléphonique, nous retrouvant avec des sommes astronomiques à payer chaque mois. Difficile dans ces cas-là de maintenir une relation, surtout quand le portefeuille ne pouvait plus suivre au bout d’un moment. Mais maintenant, tout a changé ou presque. Il faut dire qu’à l’ère de Tinder, d’Adopte un mec et de Meetic, il est devenu facile d’aimer en virtuel, sans même avoir vu l’être aimé une seule fois. Les longues lettres manuscrites d’hier sont remplacées par des outils numériques et applications en tout genre, permettant de conserver le lien et d’entretenir la flamme. L’amour de loin se vit différemment, à moindres frais, laissant un sentiment de proximité permanente au travers des câbles Internet et autres réseaux téléphoniques multiples de G.

Près des yeux, près du cœur ?

Bien sûr, pour toute bonne relation à distance, le smartphone est un minimum, le partage de photo du quotidien, une norme et les rendez-vous FaceTime, une habitude. Si certains préfèrent encore se voir en Skype et même s’émoustiller à coup de vidéos coquines, d’autres utilisent à loisir la fonction vidéo de leur smartphone préféré. Seul hic, souvent, les iPhones fonctionnent mieux avec les iPhones et les Android avec les Android. En la matière, il est plus difficile de s’aimer à distance, sans avoir la même marque de téléphone portable.

D’autant que les smartphones permettent d’aller encore plus loin dans la construction de la relation longue distance. En effet, des réseaux sociaux ont même vu le jour, dédiés à ces couples séparés par les kilomètres, à l’image de Without ou de Couple qui ont tenté, sans grand succès, de prendre une place dans le monde impitoyable des réseaux sociaux. Ici, bien sûr, le but n’est pas de cumuler le plus d’amis possible, bien au contraire. Pour l’un comme pour l’autre, il est question d’un réseau social dédié aux couples. L’idée ? Réunir en un même « endroit », tous les petits mots d’amour, les photos partagées ou encore la météo locale. D’ailleurs, il existe d’autres applications destinées aux couples s’aimant de près ou de loin, tout simplement, et comprenant également des fonctionnalités pour les moments de séparations, à l’image de Between. Pour ces dernières, le quotidien rattrape la romance et il devient possible de partager des listes de courses ou de tâches, parce que l’amour, mine de rien, cela se vit également au jour le jour.

Lire aussi : [Saint-Valentin] Et si on disruptait le marché aux fleurs ?

Mais au-delà du fantasme de l’autre et de l’image de l’autre que l’on aime au travers des mots et des images, il manque bien sûr quelque chose à ces relations numériques, le corps ou plutôt le corps à corps, non ?

Internet, sexe and fun ?

Des sociétés se sont penchées sur cette question épineuse de l’amour charnel à distance. Certains d’entre vous ont peut-être encore en mémoire cette séquence du film de Démolition Man, où Sandra Bullock alias Lieutenant Lenina Huxley propose au Sergent John Spartan campé par Sylvester Stallone de faire une petite séance de corps à corps. Mais voilà, à la grande déception de Spartan, Huxley sort de son tiroir non pas un préservatif du futur, mais un casque de réalité virtuelle. Dans ce futur imaginé, la réalité virtuelle s’interpose et remplace le corps à corps. Vous vous en doutez, les inventeurs en tout genre, sociétés du sexe et autres nostalgiques cinéphiles se sont penchés sur le sujet et ont tenté de proposer la même expérience.

Si la pornographie en réalité virtuelle a déjà commencé à se développer auprès d’une clientèle de geeks avides de tester de nouvelles façon de grimper au septième ciel, la réalité virtuelle pour les couples n’a pas encore atteint son apogée pour l’instant. Elle est accompagnée par des sextoys dits télédildoniques, autrement dit des objets connectés pour le plaisir des unes et des autres et qui se commandent à distance. La marque Lovesense s’est notamment démarquée sur le sujet.

À lire aussi : # Hashtag, je t’aime moi non plus

On retrouve même un objet que les fans de The Big Bang Theory connaissent bien, c’est le Kissenger, un appareil permettant de transmettre un baiser de loin.

Pour ce qui est de la réalité virtuelle, il est possible de se retrouver avec son aimé dans le même environnement virtuel, via Altspace VR. L’idée ici est de se créer un avatar et d’avoir un lieu de rendez-vous virtuel et non plus réel. Et c’est là que l’utilisation de la VR et d’objets connectés du plaisir en parfaite synchronie peuvent permettre de toucher du doigt, si je puis permettre, une nouvelle façon de s’aimer de loin. On se retrouve dans un environnement commun, on décore ensemble, on interagit dans une interface commune et quelque part, la distance s’efface, un peu.

D’autres inventions ont le mérite également de s’éloigner du charnel pur, pour aller vers un peu plus de romantisme, à l’image de ce T-shirt capable de vous faire des câlins, le hug shirt, ou encore de cet oreiller connecté, vous donnant l’impression de sentir les battements de cœur de votre moitié, avec le pillow talk.

Au final, on se rend compte que l’innovation technologique vient déborder sur tous les pans de notre vie. Elle bouleverse même notre façon d’aimer de près comme de loin et d’entretenir la flamme. Cela veut-il dire pour autant qu’il y a plus de couples s’aimant à distance qui durent désormais ? Pas forcément, surtout dans une société où l’amour se swipe et se zappe comme sur Tinder ou Instagram. 

Aurore BISICCHIA
Aurore BISICCHIA
Conteuse numérique
Cofondatrice des Chuchoteuses, je suis une mordue de l'organisation, une adepte de la communication et un jukebox à mes heures perdues. Amoureuse des arts visuels, je milite pour que la série devienne le 11 ème art et demeure à tout instant passionnée des petits mots comme des grands.