Comme de nombreux programmes à la télévision, l’info a tendance à se contenter de sujets formatés et répétitifs. Un manque de fond et d’originalité qui sonne le désintéressement des plus jeunes et de tous les curieux avides de savoir ce qui se passe plus loin que sous leur nez. Spicee offre une large sélection de documentaires à la demande. De la tranche de vie avec une jeune pratiquante de MMA aux escadrons du Djihad, en passant par les adeptes du gaming et les trafiquants d’art, il y en a pour tous les goûts et toutes les envies. En quelques clics, voyagez un quart d’heure sur l’une des îles les plus sauvages d’Indonésie, passez 20 minutes à esquiver les balles perdues de Rio, plongez un court moment au cœur du dernier clip de Synapson ou arpentez le Paris underground. Et pas besoin de passeport, tout se passe derrière votre écran !

Il fallait oser, ils l’ont fait !

Tout a démarré avec un trio français qui s’est lancé un défi : créer une plateforme de reportages vidéo de qualité entièrement diffusés sur le web. Une aventure qui a réuni l’ancien directeur d’Havas Productions Antoine Robin, Jean-Bernard Schmidt, auparavant directeur de la rédaction des magazines de M6, et l’entrepreneur Bruno Vanryb. Après avoir levé 1,2 million d’euros, ils lancent Spicee en 2015, en association avec Babel Presse.

Avec des frais moins élevés qu’une chaîne de télévision classique, le pure player produit plus de 90 % de ses contenus. Aujourd’hui le catalogue propose 200 documentaires classés selon le temps disponible de chaque utilisateur. De 5 minutes pour les plus pressés, on passe à 15, puis 30 minutes et jusqu’à plus de deux heures. Un mode de navigation simple et intuitif qui vous guide dans une sélection de sujets aussi variés qu’originaux.

Lire aussi : Disney + : l’offre streaming qui fait trembler la planète Netflix

Totalement indépendant et financé par ses utilisateurs au travers d’un abonnement, Spicee se profile comme le Netflix du reportage. À hauteur de 4,90 euros par mois et 49,90 euros par an, la plateforme comptait près de 50 000 usagers en 2017, dont 8000 abonnés. Le média a opté pour un modèle économique sans publicité. Un point fort pour une clientèle constituée à 90 % de moins de 40 ans et à 25 % de moins de 20 ans. Un public généralement déçu par la monotonie des programmes proposés sur les chaînes classiques et souhaitant réaliser ses propres choix en matière de contenus d’information.  Le catalogue se décline en quatre grandes catégories. Story nous offre des portraits où on laisse s’exprimer l’inattendu pour des rencontres de toutes sortes. Investigation nous immerge dans des thèmes historiques ou d’actualité pour faire la lumière sur des sujets pas toujours roses. Avec Lifestyle, on retrouve des reportages rondement menés entre musique, voyage, amour, culture et une flopée de thèmes du léger à l’épicé. Select est une sélection des documentaires les plus emblématiques pour ne rien rater des faits qui ont marqué l’histoire.

Lire aussi : L’Europe, le nouvel Eldorado de Netflix

Le reportage vidéo relevé qui n’est pas coupé à l’eau

Entre une actualité qui se concentre sur le plus dramatique autour du globe et les travers de la météo, l’information finit par manquer de saveur sur nos bonnes vieilles chaînes nationales. Il n’y a pas que la guerre qui caractérise un pays d’un autre. Du fait de son contenu à la demande, Spicee peut entrer dans le vif de sujets qu’on n’a pas pour habitude de découvrir. Une occasion unique pour s’intéresser au street-art en Iran, au bras de fer entre tradition et modernité à Hawaï, aux chasseurs de fantômes boliviens ou de se glisser dans la peau d’un gourou.

Entre courts et longs reportages, Spicee opte pour la qualité, mais pas au détriment de la vérité. Enquête sur Facebook, harcèlement sexuel, guerre sanglante contre la drogue, traitements infligés aux migrants, racisme, femmes victimes de violences, aucun thème n’est épargné. Le but est d’apporter du contenu qui fait réfléchir, qui ne fait pas dans l’information grande consommation. Avec ses productions, la plateforme n’a pas peur de s’attaquer à des sujets épineux, choquants ou déjantés. C’est justement ça Spicee, chacun y trouve ce qu’il cherche et n’est pas à l’abri d’être agréablement surpris par ce qu’il ne cherche pas.

Lire aussi : « Nous apprenons aux enfants à décrypter les fake news »

En visant les sujets d’actualité et en se concentrant majoritairement sur le local, les chaînes de télévision laissent une grande marge de manœuvre pour la plateforme. Les sujets sont nombreux et Spicee n’a pas peur de se lancer dans des reportages à l’étranger, bien épaulé par les correspondants de l’agence Babel Press. Au contraire, le pure player offre une grande liberté à ses auteurs pour obtenir des contenus uniques qui ne connaissent pas de frontières.

C’est sur ce genre de pépites que le média se démarque de la concurrence. Les passionnés d’histoires vraies et authentiques sont de plus en plus nombreux à accepter de payer un abonnement pour combler leur soif de découverte. Et ça tombe bien, car Spicee continue d’alimenter son catalogue en documentaires toujours aussi instructifs et inspirants.

 

La vidéo à la demande n’en finit plus de gagner du terrain dans l’univers audiovisuel. Avec le français Spicee, l’information n’a qu’à bien se tenir ! En effet, la plateforme de documentaires vidéo ne manque pas de piquant dans le choix de ses contenus et la qualité de son travail. Pratique et réellement instructif, Spicee nous plonge dans les détails d’histoires qui appartiennent au passé ou dans les sujets d’un quotidien criant de vérité. De quoi découvrir les multiples facettes d’un monde qui ne cessera jamais de nous surprendre.

 

Thomas Bossy
Thomas Bossy
Scribe numérique
Voilà un mot bien inusité pour se retrouver devant notre digital, qui lui bien connu, envahit nos vies modernes d’une multitude de manières. J’aime jouer sur les contrastes, fouiller, chiner et comprendre ce qui fait les particularités d’un sujet pour le mettre en avant. Je suis un scribe derrière son écran.