Bonjour Laure. Dis-nous tout ! C’est quoi le podcast Vécus ?

Laure Brouard : Vécus, c’est un podcast qui donne des conseils très concrets aux personnes qui souhaitent résoudre un problème urgent et important de notre société, dans l’environnement ou l’éducation par exemple. Nous interviewons des entrepreneurs du changement et restituons un condensé de 10 à 15 minutes de cette conversation, l’idée étant d’avoir un substrat des meilleurs conseils. Ce qui nous intéresse, c’est l’aspect « fiche pratique ». Il faut que cela soit efficace, utile, percutant, que les témoignages aient un impact et permettent à chacun de les mettre en pratique.

Que représente-t-il pour Ticket for Change ?

Laure Brouard : Vécus est un podcast imaginé par Ticket for Change, une association qui propose différents programmes d’accompagnement en ligne et en présentiel, à destination des personnes souhaitant avoir un impact dans le monde qui s’inscrit dans l’innovation sociale. Le podcast n’est autre que l’un de nos programmes en ligne en fait.

Lire aussi : Des robes et de voix, le Barreau a son podcast

L’idée nous est venue en faisant le constat suivant : les personnes qui ont envie d’agir pour le changement se sentent la plupart du temps seules à galérer. Nous avons donc cherché un support qui pourrait aider à apaiser ce sentiment de solitude, parce que finalement toute personne qui construit un projet rencontre des difficultés autant que des réussites. Mais on ne le sait pas forcément. Il fallait donc mettre en lumière des témoignages, des retours d’expérience. Voilà l’idée de départ.

Vécus podcast

Et pourquoi le format audio, plutôt qu’une vidéo par exemple ?

Laure Brouard : Nous avons tout de suite éliminé le format écrit, parce que les entrepreneurs ne prennent souvent pas le temps de lire, ils sont pressés, ils font beaucoup de choses à la fois. Initialement, nous avions effectivement pensé à un format vidéo, mais en testant, nous nous sommes très vite rendu compte que la caméra pouvait intimider et que l’on perdait le sentiment de proximité que nous voulions créer. Alors, nous avons pensé au format podcast ! Le podcast est très pratique dans le sens où l’on peut faire autre chose en même temps, et où la voix instaure justement cette proximité que l’on recherchait. C’était exactement ce qu’il nous fallait.

Aujourd’hui, quels sont les retours, après une première saison ?

Laure Brouard : Nous avons lancé la Saison 1 en avril dernier et nous sommes très contents ! Nous comptons déjà 60 000 écoutes sur toutes les plateformes. C’est bien plus que l’objectif que nous nous étions fixés ! Nous recevons beaucoup de retours très enthousiastes dans la rubrique « vos avis » du site internet Vécus. Et puis nous avons eu une chance incroyable, Vécus a été sélectionné par Nouvelles Ecoutes, le studio de création de podcasts de Lauren Bastide. Ce soutien nous a incroyablement aidés.

Lire aussi : Génération XX, le podcast qui survitamine l’entrepreneuriat des femmes

Aujourd’hui, nous lançons la saison 2 avec quelques petits changements. La Saison 1 s’adressait plutôt aux entrepreneurs du changement, mais nous nous sommes aperçus que 40 % de nos auditeurs n’étaient pas des entrepreneurs. C’est pourquoi cette nouvelle saison s’adresse à un public plus large, des collaborateurs qui souhaitent rejoindre une initiative aux intrapreneurs de grands groupes qui veulent changer le monde avec le soutien de leur entreprise.

Des rêves pour la suite ?

Laure Brouard : Nous avons volontairement créé un format qui peut être facilement réutilisable. Je m’explique : ce que nous souhaitons, c’est que d’autres initiatives s’approprient Vécus. A la manière de TEDx, nous voulons que le format vole de ses propres ailes et devienne VECUSx. C’est pour cette raison que lorsque vous écoutez Vécus, vous n’entendez pas les questions du journaliste, pour qu’il puisse être plus facilement réexploité. Nous avons déjà travaillé avec l’incubateur Les Audacieuses. Nous les avons formés à la réalisation du podcast afin qu’ils soient totalement autonomes. L’idée au fond, c’est toujours la même chose : avoir un maximum d’impact, en touchant un maximum de personnes.

Sophie Comte
Sophie Comte
Conteuse numérique
Et si on communiquait autrement ? Je m'attèle à ce projet passionnant, en chuchotant sur le web de ma plume numérique. Egalement cofondatrice des Chuchoteuses, agence de création de contenu.