Bonjour Solveig ! Alors, ta première histoire digitale, elle commence quand ?

Bonjour les Chuchoteuses ! Alors, ma première fois digitale, c’était sûrement ma game boy. Comme beaucoup de gamins des années 80 et 90, j’ai eu la fameuse game boy avec le jeu Tétris, avec le jeu Mario Bros et compagnie. Et à mon grand regret… je l’ai vendue en brocante !

Aujourd’hui, quelle est la part de digital dans ton job ?

Quasiment tout est digital dans mon métier. Je suis responsable communication chez Nextdoor, espaces de bureaux partagés, coworking, bureaux privatifs, salle de réunion. Au quotidien, cela comprend toute la partie des réseaux sociaux, du blog, du site internet. Mais cela intègre également la partie événementielle, image de marque. Même dans les relations presse, il y a toujours une part de digital qui rentre dans les différents axes de communication qu’on pourrait avoir dans l’entreprise. Donc le digital, c’est du quotidien dans quasiment toutes les branches.

Tu fais plutôt partie de la team digital ou numérique ?

Bonne question. Eh bien, je ne sais pas ! Je dirais plutôt que je suis plutôt digitale, quoique… En fait, j’ai envie de dire les deux parce que le mot digital est peut-être un peu galvaudé, numérique on l’utilise couramment aussi… Bon, comme en fait je n’arrive pas à faire un choix, je vais dire les deux !

Quel est ton dernier caprice digital ?

Je pense que ça reste mon iPhone, même s’il coute cher, même s’il t’énerve parfois. En fait ce sera toujours Apple, ce sera toujours iPhone. Apple addict !

As-tu un outil fétiche, une app ou autre dont tu ne passes plus ?

En ce moment, j’ai une appli que j’adore, j’en parle à tout le monde et tout le monde en parle, c’est Yuka. C’est une appli qui te permet de scanner le code-barre des produits que tu t’apprêtes à acheter et qui te dit en un instant si la qualité du produit est excellente, bonne, médiocre, etc. Ça te change la vie quand tu fais tes courses, si tu veux être sûre d’acheter des produits à peu près sains. Tu peux cliquer pour voir exactement ce qui ne va pas, ou ce qui va d’ailleurs. Parfois, cela te permet de savoir que telle marque que tu achetais auparavant, que tu pensais super bien, super bio, hé bien elle ne l’est pas. Cette appli, c’est mon dada en ce moment ; je yuka partout.

As-tu une petite routine détox dans cette vie à cent à l’heure digitale ?

Alors pour moi, LA cure détox, c’est partir à la campagne dans un coin complètement paumé, où le réseau ne passe pas. Tu enlèves tes baskets, tu t’installes les pieds dans l’herbe, tu regardes les arbres et tu écoutes les oiseaux.

Et la nouvelle page de ton histoire digitale, tu la vois comment ?

Peut-être que ma prochaine histoire digitale, ce serait de quitter les réseaux sociaux. C’est une question qui me traverse un peu en ce moment. J’utilise de moins en moins les réseaux sociaux de manière personnelle. Je suis davantage sur des appli comme WhatsApp que tout le monde utilise aussi, où tu fais tes échanges avec ta communauté à toi, où on a moins ce besoin de se présenter à tout le monde. Je crois qu’aujourd’hui, on a besoin de se protéger de tout ce qui se passe sur internet. Oh c’est peut-être aussi une question d’âge. Alors chut !

Lire aussi : Chloé Tournier : « Donnons à chacun les clefs d’une prise en main mesurée et maîtrisée du digital »

Lire aussi : Marie-Christine Lanne : « Twitter a changé ma façon de vivre »

Sophie Comte
Sophie Comte
Conteuse numérique
Et si on communiquait autrement ? Je m'attèle à ce projet passionnant, en chuchotant sur le web de ma plume numérique. Egalement cofondatrice des Chuchoteuses, agence de création de contenu.