Un hackathon dédié à la sécurité des femmes

 À l’initiative du laboratoire ouvert et citoyen La Paillasse et du réseau de dirigeantes dans l’innovation Pink Innov, avec le concours de la SNCF, du programme transdisciplinaire Reboot Campus et de l’agence Nod-a, le hackathon Be Safe Challenge propose à toutes et à tous de partager ses idées pour améliorer la sécurité des femmes dans les transports.

Et malheureusement, il y a de quoi de faire. Incivilités, harcèlement de rue et dans les transports, sentiment d’insécurité, cyberviolence et violence au quotidien, la sécurité des femmes est un problème de société. Si le sujet est largement débattu dans les médias ces dernières années, peut-on en parallèle observer une amélioration des comportements ? Les chiffres malheureusement ne sont pas glorieux : une femme sur deux* a peur de sortir seule et la majorité des utilisatrices des transports en commun déclarent avoir subi, au moins une fois dans leur vie, des violences sexistes et sexuelles.

Lire aussi : « Il ne faut plus avoir peur de devenir développeuse web »

Même les startups de la Tech rechignent à se creuser les méninges pour trouver des solutions : « la sécurité dans les transports est clairement l’un des parents pauvres de l’innovation, témoigne Cléa Bauvais, en charge de la promotion de l’événement. Notre ambition avec le Be Safe Challenge est de rapprocher plusieurs acteurs, associations féministes, startups de la Tech et chercheurs, en urbanisme principalement. Ce ne sont d’ailleurs pas les initiatives qui manquent d’ailleurs, il existe plein d’expérimentations qui méritent d’être plus connues ».

Il n’y a que les appli pour changer le monde 

Si vous avez des idées, c’est donc le moment de venir en parler. Au programme, deux journées complètes les 21 et 22 octobre pour faire émerger les meilleurs projets. C’est pourquoi le hackathon réunit des profils et compétences très variés de makers, de designers, d’entrepreneurs, d’ingénieurs, d’architectes et même d’artistes. Vous pouvez constituer votre équipe ou vous intégrer à une équipe existante. À vous de choisir ! Les trois projets vainqueurs se verront attribuer des prix de 3000 € à 1000 € et seront soutenus par des coachs et mentors pendant trois mois pour devenir des projets d’entreprises à impact.

On vous donne rendez-vous à Gare du Nord, le terrain d’étude choisi, un lieu particulier touché par les problèmes d’insécurité. La SNCF, partenaire de l’événement et initiatrice des défis, souhaite trouver des solutions pour que le sentiment d’insécurité ne soit plus un frein pour les femmes de postuler à des métiers en gare.

Lire aussi : Ceci est mon sang, la MenstruTech à la conquête de la Tech

Mais que peut-on imaginer comme solutions pour la sécurité des femmes ? « Il ne s’agit pas seulement d’imaginer des applications. Il faut sortir de l’idée que les applications vont changer le monde. Nous n’avons pas toujours des téléphones dans nos sacs, ou bien ils peuvent être difficiles d’accès ou encore déchargés. Le numérique reste donc une solution parmi d’autres. Nous pouvons très bien imaginer par exemple une façon d’aménager l’espace qui transforme le parcours et par la même, les pratiques. Et pourquoi pas un robot qui se baladerait dans les gares, des systèmes d’alerte du personnel de la SNCF ou de la RATP ou de nouvelles formes de sensibilisations ? On attend les idées et les projets avec impatience ! », conclut Cléa Bauvais.

 

Si vous souhaitez rejoindre le hackathon Be Safe Challenge, il est encore temps ! Toutes les infos par ici.

 

* Avis sur le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports en commun, par le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes

Sophie Comte
Sophie Comte
Conteuse numérique
Et si on communiquait autrement ? Je m'attèle à ce projet passionnant, en chuchotant sur le web de ma plume numérique. Egalement cofondatrice des Chuchoteuses, agence de création de contenu.