Défenseurs de la liberté, levez-vous contre l’oppression des lunettes connectées ! J’ai beau tenir à ma vie privée, je me doute bien que celle-ci peut être mise à mal dès lors que je mets un pied hors de chez moi. Néanmoins, ils sont nombreux à voir les lunettes connectées d’un très mauvais œil, sans mauvais jeu de mots. Nouvel espion 2.0 capable de nous filmer à notre insu lorsque l’on mange au restaurant… Diantre ! Il a une vidéo de moi en train de tâcher mon chandail ou pire avec une salade entre les dents !

En bon geek dévoreur de science-fiction, je vois plutôt les nombreuses possibilités que nous offrent les lunettes du futur. Le marché en est encore à ses balbutiements et il reste encore de nets progrès à faire niveau design. Mais, il continue de se perfectionner et promet de belles perspectives de vision améliorée avec un accès toujours plus pratique à l’information. Qui sait d’ici quelques années, la première chose que vous ferez le matin sera de mettre vos lunettes, même sans problèmes de vue.

Lunettes qui connectent, à chacune sa tech

Loin d’être encore mûr, le marché des lunettes connectées se perd et se mélange dans un large vocabulaire de fonctionnalités et de technologies pour qualifier les différents produits. Entre réalité augmentée, système d’affichage ou encore caméra, les clichés ont la vie dure. Mais les lunettes connectées ne sont pas nécessairement le reflet des inventions de nos films favoris. Même si j’ai les neurones qui s’emballent à la simple idée de pouvoir accéder à des informations d’un simple coup d’œil.

Lire aussi : Technologie vocale en entreprise : Sésame, ouvre-toi !

L’intérêt principal des lunettes intelligentes reste la capacité à recevoir les données souhaitées sans avoir à détourner le regard. Il peut s’agir d’un message texte, du nom du correspondant suite à la réception d’un appel, de renseignements sur votre santé ou sur un itinéraire de navigation. À cela vient s’ajouter diverses fonctionnalités bien ciblées selon les besoins. Récemment, on a vu se développer les lunettes North équipées de l’assistant vocal Alexa et d’une bague de contrôle. Récompensées en matière de prévention routière, les lunettes de la start-up française Ellcie Healthy permettent au conducteur d’être averti en cas de risque de somnolence à l’aide de capteurs et d’une intelligence artificielle. Pour aller toujours plus loin, les lunettes B2Bot sont sur le point de venir en aide aux aveugles en retranscrivant oralement le monde qui les entoure. Autant dire qu’une paire de lunettes connectées ne ressemble pas forcément à une autre et que le futur nous réserve encore bien des surprises…

Technologie espion : les lunettes dont on ne doit pas prononcer le nom

Pas toujours facile de créer un marché avec des technologies toujours plus intrusives dans votre vie privée. Ils sont nombreux à penser que les grandes méchantes marques vont utiliser leurs petits doigts boudinés et engraissés de dollars pour surveiller tout ce que l’on voit à travers leurs lunettes. Instrument du diable pour certains, nouveau joujou pour d’autres, les lunettes connectées sont déjà mal perçues en général, alors si en plus elles arborent une caméra bien visible, gare au retour de bâton ! Les Google glass l’ont appris à leur dépend. Entre le mouvement « stop the cyborg » et les réactions violentes, il ne fait pas bon porter lesdites lunettes en public.

Lire aussi : Reconnaissance faciale : souriez, vous êtes fichés !

Après l’installation d’un nombre colossal de caméras sur son territoire, la Chine a cette fois doté sa police du rail de lunettes connectées couplées à un système de reconnaissance faciale. Il est certain que la Chine frôle gaiement les limites de la vie privée de ses citoyens. Les critiques pleuvent de tous les pays s’inquiétant du pouvoir d’une telle technologie. Il n’empêche que les lunettes en question ont permis la capture de 7 suspects et de 35 personnes utilisant de fausses identités. Une initiative qui n’aura néanmoins pas réussi à redorer le blason des lunettes connectées aux yeux du monsieur Tout-le-Monde méfiant. On approche toutefois de plus en plus de la vision des romans avant-gardiste. Le futur est en marche… bonne chance pour l’arrêter !

Des flops et des bides qui n’empêchent pas les nouvelles tentatives

Certes, pour le moment les débuts des lunettes connectées sont compliqués. Elles peinent à trouver leur public et se perdent dans des fonctionnalités et des design qui ne font pas l’unanimité. Malgré tout, leur avenir semble suffisamment prometteur pour qu’année après année, de nouveaux prototypes voient le jour. À défaut de séduire le particulier, Google semble trouver une cible plus réceptive chez les professionnels. De son côté, Snapchat persiste avec une nouvelle version de ses lunettes spectacle en dépit de 40 millions de dollars de perte et se voit copié par la firme chinoise Tencent. Même Facebook affirme travailler sur des lunettes de réalité augmentée, tandis que Samsung a soulevé quelques rumeurs sur le sujet. Le spécialiste des composants informatique Intel avait entamé des démarches remarquées avec la technologie Vaunt pour l’utilisation de lunettes connectées en tout point semblables à des lunettes classiques. Le système permettant de projeter des informations par laser directement sur la rétine et sans gêner la vision a été abandonné, pour le moment.

Lire aussi : [Boule de cristal] 4 innovations qui vont envoûter la rentrée

Parfois, la simplicité est la clé de la réussite. C’est en tout cas ce qu’espère la start-up Vue avec des lunettes connectées au design simplissime, mais surtout esthétique. Ici pas de réalité augmentée, pas de caméra, ni de moniteur de fréquence cardiaque. La gamme Vue se démarque notamment avec son système d’ostéophonie par conduction osseuse offrant un son clair. Le cadre des lunettes dispose d’une interface tactile pour changer les musiques, réceptionner les appels, ainsi qu’une alerte en cas de notifications.

 

Que vous soyez pour ou contre l’avènement des lunettes connectées, rien ne semble pouvoir endiguer les progrès technologiques en la matière. Même les vives réactions et la méfiance qu’elles suscitent finiront par s’effacer tôt ou tard. De toute façon, d’ici quelques années si vous avez quelque chose à vous reprocher, faites attention. Lunettes ou pas vous êtes sûrement filmé !

Thomas Bossy
Thomas Bossy
Scribe numérique
Voilà un mot bien inusité pour se retrouver devant notre digital, qui lui bien connu, envahit nos vies modernes d’une multitude de manières. J’aime jouer sur les contrastes, fouiller, chiner et comprendre ce qui fait les particularités d’un sujet pour le mettre en avant. Je suis un scribe derrière son écran.