De la hutte à HUT

Tout d’abord une simple idée née de l’imagination du professeur Alain Foucaran, directeur de l’Institut d’électronique et des systèmes à Montpellier, l’expérience HUT est aujourd’hui unique au monde. Le HUman at home ProjecT s’articule autour d’un appartement-observatoire truffé d’objets connectés, de capteurs et accueillant deux personnes pour une durée d’un an. Son étude est destinée à une approche centrée sur l’humain, où se conjuguent sciences dures et sciences sociales. Pas moins de 12 laboratoires de recherche pluridisciplinaires et 7 entreprises sont engagés dans le projet avec pour objectif principal une réflexion sur les conditions du bien-être au sein de la maison intelligente. « Nous voulons observer comment les gens vont s’approprier ces technologies, les utiliser ou les refuser », explique Malo Depincé, chercheur coordonnateur à la Faculté de Montpellier.

Les entreprises innovantes du secteur et les scientifiques du HUT œuvrent de concert pour définir avec la plus grande exactitude la manière dont nous interagissons au cœur d’un logement intelligent. Mais également la façon dont les objets connectés peuvent améliorer notre quotidien, la nature des informations et la manière dont nous les partageons. Des données qui donneront peut-être naissance à des avancées technologiques et aideront à déterminer un cadre législatif pour garantir le respect de la vie privée.

Le lab de la domotique

Selon le site Statista, 7,1% des foyers français possédaient au moins une solution domotique en 2017. Mais lors du salon DISTREE#connect, une étude a évalué le marché de la maison intelligente en 2019 à 6 milliards d’euros, soit environ 30 millions de logements connectés. Plus loin encore, l’institut Gartner estime le nombre d’objets connectés à 500 pour chacun d’eux d’ici 2025. L’initiative HUT arrive donc à point nommé pour répondre à toutes les interrogations qui découlent de cette tendance. Car certaines inquiétudes persistent. La sécurité arrive en tête de liste. Ce n’est pas les films d’horreur sur les maisons entièrement informatisées et piratées par des hackers sans scrupules qui sont là pour nous rassurer ! Également, à trop se reposer sur la technologie, qu’arriverait-il en cas d’erreur ? C’est pourquoi, au travers d’analyses poussées, rien n’est laissé au hasard afin d’améliorer et encadrer au mieux cette évolution.

Lire aussi : ITech-Ethics : est-ce que ça toc ?

Pour donner vie à ce projet original et novateur, les chercheurs couvrent une large palette de spécialités : données, langage, commerce, architecture, capteurs, et mouvements, mais aussi histoire, psychologie et droit. Il atteint un coût global évalué à 8,5 M€ sur trois ans, comprenant l’ensemble des analyses scientifiques, la location de l’appartement et son équipement technique.

Cherche colocataire pour maison intelligente

Cœur même du HUman at home ProjecT, l’appartement-observatoire a été préparé avec soin pour accueillir ses futurs « cohuteurs ». Entre les détecteurs de mouvement, les systèmes de reconnaissance faciale, les capteurs de température et de pression au sol, ainsi qu’un éventail d’objets connectés, tout est prêt pour les plonger dans l’univers de la maison intelligente.

Lire aussi : Phygical, quelle place occupera l’humain dans la boutique du futur ?

Hut est basé dans une résidence neuve de Nexity : « appartement F4 à Montpellier avec terrasse au premier étage, disponible à partir de la rentrée 2018. » Intéressé ? Après une annonce sur Facebook, la sélection a eu lieu courant juillet parmi les étudiants en Licence 2-3, Master 1-2 ou en Doctorat des universités. Passionné de nouvelles technologies ou simplement curieux, le binôme homme femme choisi verra ses habitudes, et la place qu’il accorde aux objets connectés, décortiquées pendant toute une année. Gwenaëlle Kaiser, chargée du projet HUT, a déjà annoncé deux autres années d’étude en prévision avec de nouvelles innovations pour agrémenter cet appartement pas comme les autres.

 

Envie de tenter l’expérience et de participer activement à l’évolution de notre manière de vivre ? Vous rêvez de mettre les pieds dans un logement qui analyse vos déplacements pour mieux garantir votre bonne santé, qui adapte votre consommation d’énergie au quotidien, équipé de capteurs de pollution et de bien d’autres services connectés dédiés à votre bien-être. Alors, n’hésitez plus, rendez-vous à Montpellier pour participer au casting de l’année prochaine !

Thomas Bossy
Thomas Bossy
Scribe numérique
Voilà un mot bien inusité pour se retrouver devant notre digital, qui lui bien connu, envahit nos vies modernes d’une multitude de manières. J’aime jouer sur les contrastes, fouiller, chiner et comprendre ce qui fait les particularités d’un sujet pour le mettre en avant. Je suis un scribe derrière son écran.