La protection des données, Qwant connait

C’est son leitmotiv et même sa baseline, ce sont ses valeurs depuis les débuts, et il n’aura pas attendu le RGPD pour le clamer : Qwant, c’est « le moteur de recherche européen qui respecte la vie privée de ses utilisateurs ». Réaffirmer ce positionnement à l’heure où la protection des données a des airs de prise de conscience, voilà bien la stratégie gagnante qu’a choisie la startup pour inaugurer ses nouveaux locaux, en présence de quelques officiels, à savoir Mounir Mahjoubi et Bruno Le Maire. L’enjeu n’est pas à prendre à la légère, comme le souligne le ministre de l’Économie : « Celui qui maitrise les données a du pouvoir, raison de plus pour les protéger, raison de plus pour imaginer un autre traitement des données. Qwant ouvre la voie à cette réflexion. La maitrise des données et la manière dont on va inventer le digital au niveau européen sont un enjeu de civilisation ». Qu’on ne s’y trompe pas, l’enjeu dont on parle ici est clairement politique, comme le montre le soutien du gouvernement. Qwant incarne la force de frappe française et européenne capable de concurrencer les GAFAM, une sorte d’empire contre-attaque.

Des services toujours plus à la pointe

C’est qu’aujourd’hui, le moteur de recherche a bien grandi. Après 5 ans d’existence, il propose désormais une interface fluide et intuitive qui n’a rien à envier à Google et consorts. Quant à son algorithme, il est de plus en plus pertinent à grand coup d’intelligence artificielle. Résultat ? Le moteur de recherche a une croissance de 20 % par jour et peut se targuer de 8,5 milliards de requêtes en 2017.

À lire aussi : Moteurs de recherche éthiques, derrière chaque requête se cache une forêt

Mais comment Qwant peut-il garantir ne pas utiliser nos données ? Le moteur de recherche ne passe par aucun service externe, ce qui représente certes un coût conséquent en serveurs, mais qui permet néanmoins une totale liberté d’action pour développer les produits qu’il souhaite. Et c’est justement ce à quoi s’attèle l’entreprise. Qwant n’a cessé durant cette journée de présenter l’étendue de son offre et on ne peut que le reconnaitre, le moteur de recherche va loin, et même très loin. De Qwant Music tout juste lancée à Qwant Junior, en passant par Qwant Game, Qwant Maps, Qwant Pay, ou encore Qwant Sport, qui arrive dans le parfait timing de la Coupe du monde. On la retrouve même là où clairement on ne l’attend pas : le médical. C’est au travers de Qwant Med and Surgery que l’entreprise développe des applications médicales s’appuyant sur la réalité augmentée pour réaliser des opérations en 3D permettant aux chirurgiens d’être plus précis. Et tout cela, toujours en préservant l’anonymat et en respectant la vie privée. Voilà ainsi tout un panel qui vise à montrer la capacité d’innovation de l’entreprise et son engagement pour un web pensé par des Européens qui voient aussi grand que les géants outre-Atlantique.

De la publicité sans tracer les données ?

Qwant, c’est aussi Qwant Ads. Attendez, vous parlez de publicité, et il ne s’agit toujours pas de tracer des données ? Tout à fait ! C’est le même le mode de financement de l’entreprise. Ici, point de tracking, mais de l’analyse sémantique : l’algorithme s’appuie sur les requêtes pour créer un champ lexical qui lui permet de proposer ce qu’il appelle des « requêtes étendues », à savoir des requêtes plus riches permettant d’affiner la recherche. Havas, qui l’utilise pour certains de ses clients, en témoigne : même si le moteur de recherche ne représente qu’à 0,52 % de part du marché français, Qwant Ads est très efficace et le trafic est très qualifié, pour un coût bien inférieur à Google par exemple. Probablement parce que les utilisateurs de la plateforme, ne se sachant pas pistés, sont plus à l’aise avec la publicité.

À lire aussi : Devenir digital responsable, l’idée fait son chemin

Alors, Qwant, est-ce le web tel qu’on l’avait rêvé dans ses débuts ? Est-ce le web tel qu’il aurait toujours dû être ? Charge à nous de le découvrir.

Sophie Comte
Sophie Comte
Conteuse numérique
Et si on communiquait autrement ? Je m'attèle à ce projet passionnant, en chuchotant sur le web de ma plume numérique. Egalement cofondatrice des Chuchoteuses, agence de création de contenu.