Je ne sais pas vous, mais à vivre à cent à l’heure, j’ai parfois l’impression de passer à côté des choses essentielles. Courir après le temps semble avoir pris possession de mon quotidien au profit de moments plus zen. Attention, pas question de vous recommander les massages relaxants de Josette ou les conseils de méditation d’un gourou nonagénaire de la creuse. Pourtant, même si l’apparition du gigabit dans nos vies va avoir de nombreux avantages, il ne faut pas pour autant se laisser dépasser par l’attrait des nouvelles technologies. Bien qu’elles soient rendues si séduisantes avec l’immédiateté d’un réseau 5G, savoir décrocher est indispensable pour ne pas voir défiler le temps sans pouvoir le rattraper.

La 5G arrive : attachez votre ceinture, on accélère encore la cadence

Imaginez un peu le temps nécessaire pour télécharger un film avec la vitesse de votre réseau multiplié par 1000. C’est en effet ce que promet la 5G dès son avènement prévu pour 2020. Pour traiter le volume de données qui augmente de façon exponentielle, elle devrait être capable de fournir un temps de réponse inférieur à 1 milliseconde. Un progrès pour le moins impressionnant lorsque l’on sait qu’il est actuellement de 50 millisecondes.

Une innovation qui ne passe pas inaperçue pour l’industrie de l’automobile, médicale, robotique, la finance, les transports et bien d’autres. C’est simple, d’ici 2035 l’impact de la 5G sur l’économie mondiale est estimé à 12,3 trillions de dollars pour environ 22 millions d’emplois créés. L’avantage le plus flagrant d’un débit aussi élevé est une réduction considérable de la latence. Divisée par 10, elle permet d’envisager de réels progrès d’interactivité dans le milieu professionnel. Même si on n’est pas encore assuré de pouvoir faire la sieste le temps d’un trajet en voiture, la conduite autonome se rapproche de plus en plus. Parmi les progrès attendus, le secteur médical pourrait ainsi développer la téléchirurgie dans les années à venir. À quand la première appendicite réalisée par un robot ?

Lire aussi : Les robots ne seraient-ils pas trop genrés ?

Malgré toutes ces belles promesses, la 5G ne sera pas déployée à tout le territoire du jour au lendemain. Déjà en septembre 2016, la Commission européenne s’était réunie pour définir les objectifs d’un marché commun numérique pour la nouvelle génération d’infrastructures de connexion gigabit. Selon les engagements pris par les différents pays, la couverture 5G devrait bientôt impacter notre société avec la pleine puissance de l’internet des objets. Pour s’en assurer, l’Union européenne a monté un cofinancement de 700 millions d’euros. Des fonds privés viendront s’y ajouter d’ici 2025 à hauteur de 3,5 milliards d’euros.

Avec des estimations et des espérances aussi élevées, nul doute que la 5G va grandement contribuer dans la course à l’efficacité des entreprises. Dans une optique toujours plus productive, la France comme l’Europe tout entière espère rattraper l’avance technologique de la Chine et des États-Unis. Reste à savoir jusqu’où nous mènera cette éternelle quête de vitesse.

Rien ne sert de courir encore faut-il… prendre le temps de vivre !

Avec la profusion d’objets connectés, il est devenu difficile d’apprécier un moment de pure détente. Ne rien faire… C’est possible et cela permet à votre cerveau de se ressourcer afin de fonctionner de manière optimale. Or, à l’aube de la 5G ce dernier risque d’être encore plus sollicité. De nos jours, le smartphone devient une extension de nous-mêmes. De nombreux Français dorment avec leur téléphone allumé. Certains le consultent si un message les réveille en pleine nuit, tandis que d’autres prennent même la peine d’y répondre. Vous vous reconnaissez ?

Si la technologie s’immisce dans notre vie durant la nuit, qu’en est-il de la journée ? L’intelligence artificielle se retrouve partout, dans les objets de tous les jours, à tous les instants. Avec l’avènement de la société gigabit, les appareils interactifs vont se multiplier à vitesse grand V. Malheureusement, le nez sur nos écrans, nous avons tendance à nous montrer oublieux du monde qui nous entoure. Rien n’est plus facile que de lire ses mails et ajuster son planning de la semaine avant de jeter un œil à son actualité Facebook depuis sa tablette. Mais le temps de relever la tête, l’après-midi a déjà filé…

Lire aussi : [Mode d’emploi] La détox digitale pour les Nuls

On ne peut pas retirer les avantages de la technologie. Elle nous simplifie la vie, tout en se montrant parfois envahissante. Déjà en 2013, le sociologue et philosophe allemand Hartmut Rosa précisait lors d’une interview : « L’un des éléments caractéristiques de la société moderne est l’accélération permanente. Nous avons conscience que le temps est limité et l’impression de ne jamais en avoir assez pour faire tout ce que nous pensons devoir faire ». Je ne sais pas vous, mais pour ma part, je me reconnais tristement dans ce constat. Pourquoi ce sentiment si oppressant de manquer de temps ? Les requêtes et les notifications constantes des smartphones et autres objets connectés n’y seraient pas étrangères. Pas étonnant que le nombre de burn-out a crevé le plafond ces dernières années. Des faits qui ne vont pas s’arranger avec l’arrivée de la 5G. Le calcul est simple, plus de vitesse est égal à toujours plus de sollicitations.

 

L’émergence de la 5G est inévitable, mais rien ne vous oblige à devenir l’esclave de cette course effrénée. Apprenez à déconnecter pour votre propre bien et surtout à apprécier ces moments. La rapidité grandissante des réseaux apporte de nombreux avantages, mais le monde ne se limite pas aux écrans. A trop se focaliser dessus, on oublie ce qui se passe autour de nous.

Thomas Bossy
Thomas Bossy
Scribe numérique
Voilà un mot bien inusité pour se retrouver devant notre digital, qui lui bien connu, envahit nos vies modernes d’une multitude de manières. J’aime jouer sur les contrastes, fouiller, chiner et comprendre ce qui fait les particularités d’un sujet pour le mettre en avant. Je suis un scribe derrière son écran.