A l’origine, les technologies

Le mot « technologie » est probablement l’une des occurrences les plus utilisées de ce début de XXIe siècle. À l’effigie d’une époque où tout va vite, on lui préfère même « Tech », peut-être parce que le diminutif pulse comme de la dynamite. Mais le terme est-il si nouveau ? Évidemment non. Le mot « technologie » est issu du grec ancien, il vient de « teckne » pour « fabrication » et de « logos » pour sciences. Le terme aurait été utilisé pour la première fois par un physicien allemand du nom de Johann Beckmann en 1772, quelques années avant la révolution industrielle. Rapidement la notion de technologie a été associée à l’idée de progrès et même au mouvement philosophique dit « progressiste ». Aujourd’hui, le terme « technologie » est toujours teinté de progrès, auquel on lui ajoute la dimension digitale. Et comme le digital concerne désormais tous les aspects de notre quotidien et pas seulement le domaine de l’informatique, le mot « Tech » se greffe partout. Regardez voir comme ce champignon pousse partout, à commencer dans nos assiettes.

FoodTech

La Food Tech est en haut du podium dans notre classement. C’est qu’elle est la star qui fait saliver le gratin de la Tech, et même bien plus. Au menu, prenez des technologies façon spaghetti, un pizzaiolo, laissez lever (les fonds) et c’est parti ! On les voit partout sur les affiches de métro, de Deliveroo à Uber Eats en passant par Frichti et Nestor. Ici, on réinvente la livraison à domicile ou le déjeuner au travail. Et on va vite, très vite. Alors parfois, certains ne supportent pas la cuisson haute température. Dernier scoop en date ? Foodora met la clef sous la porte !

FinTech

Fleuron des startups françaises, la FinTech fait aussi couler beaucoup d’encre. Si vous n’êtes pas encore familier de ce petit sobriquet qui marie la finance à la technologie, vous les connaissez sûrement. On parle par exemple de banque 100 % en ligne comme Compte Nickel. Vous connaissez peut-être aussi les plateformes de crowdfunding comme KissKissBankBank ou Lendix ou encore les cagnottes en ligne type Leetchi ? Toutes ces initiatives appartiennent à la FinTech.

AgriTech

Les agriculteurs connectés, vous connaissez ? Dis comme ça, vous allez avoir l’impression que la technologie dans les champs est une affaire de gadget. Faux ! Les innovations numériques dans le secteur sont en train d’opérer une petite révolution, allant des drones capables d’apporter des données très précises jusqu’aux robots identifiants les bonnes des mauvaises herbes. Le sujet vous intéresse, la Ferme Digitale référence de belles pépites du secteur.

Lire aussi : AgriTech, quand les champs se connectent

Catégorie sœur de l’AgriTech, la WineTech s’intéresse aux innovations dans le domaine du vin.

GreenTech

Vous pouvez également la retrouver sous le nom de CleanTech. Ici on pense qu’il serait quand même fort utile de mettre les technologies au service de l’écologie. Cela concerne évidemment toutes les innovations dans le domaine des énergies, de la « smart city » qui repense la ville de demain ou encore de l’agriculture. Certaines startups sont ainsi identifiées comme agritech et greentech, à l’instar de Agricool, qui produit des fraises dans des conteneurs sans aucun pesticide et en réduisant de 90 % l’utilisation d’eau.

EdTech

Dans le domaine de l’éducation, on innove aussi avec force propositions pour un accès à la connaissance le plus large et le plus précis possible. Les jeunes pousses EdTech planchent sur les bancs d’école très sérieusement et font des émules. Elles auraient augmenté de 47 % en trois ans en 2017.   Certaines comme Woonoz utilisent l’intelligence artificielle pour un apprentissage totalement personnalisé, d’autres introduisent du ludique, des formats courts accessibles sur portable (le fameux mobile learning). Sans compter les Mooc façon Open Class Rooms. Que celui qui veut une formation lève le doigt !

LegalTech

Le marché du droit a aussi droit à ses innovations. Ici, nous sommes dans le palais de la LegalTech. Assez récente, la LegalTech entend soulager l’aspect bureaucratique et administratif des métiers du droit. Et des papiers à dématérialiser, il y en a ! On parle également d’accélérer certaines procédures, par la signature digitale, et de s’épargner du même une consultation onéreuse chez le notaire par exemple. On parle aussi d’automatisation des tâches, de consultation à distance, etc. Bref, on essaie de se simplifier la vie.

MedTech

La Medtech et son acolyte la BioTech dans le domaine de la biologie, explore la médecine du futur, armées de robots chirurgiens, d’imprimante 3D et de BigData pour personnaliser nos diagnostiques santé. La MedTech regroupe ainsi toutes les innovations dans le domaine de la robotique, mais pas seulement.

Lire aussi : MedTech, quel diagnostic pour la médecine du futur ?

L’innovation ici va très vite, et fleure parfois le transhumanisme, cette quête de l’éternelle jeunesse. Il paraît que nous pourrons bientôt avoir des organes vitaux totalement artificiels !

HandiTech

Le handicap n’est pas passé inaperçu aux yeux bioniques de l’innovation. La HandiTech se donne ainsi pour mission de créer des applications capables d’aider les personnes ayant un handicap, à vivre leur quotidien plus simplement.

Lire aussi : HandiTech, l’accessibilité plus accessible ?

On trouvera par exemple une application pour traduire le langage des signes en temps réel, ou une autre pour identifier les troubles de l’apprentissage comme la dyslexie et la dysphasie.

SexTech

La SexTech a également droit à sa place d’honneur parmi les convives de l’innovation : sextoy connectés, robots sexuels, et réalité virtuelle dans l’industrie pornographique révolutionnent le secteur. Et parce qu’elle ne compte pas s’arrêter là, la SexTech a son propre incubateur, lancé par Marc Dorsel, le Dorsel Lab.

Lire aussi : Les SexToys nous font-ils vraiment vibrer ?

HappyTech

Vous croyez à une boutade ? Une blague de fin d’article ? Que nenni. Le bonheur est aujourd’hui une industrie. Il n’y a qu’à voir les étals des livres bien-être et développement personnel de la Fnac pour comprendre que le business n’est pas loin derrière. La HappyTech quant à elle, s’intéresse en particulier à un créneau bien précis, le bien-être en entreprise. L’idée ? Utiliser l’innovation pour combattre le burn-out et autre bore-out, à l’aide d’applications qui permettent créer des liens entre les collaborateurs, comme Comeet ou d’autres qui suggèrent comment gérer temps de pause et temps de travail comme le boitier Zocus de Symbiot. Aujourd’hui les entreprises de la HappyTech se rassemblent sous ce même nom au travers d’un label et d’un collectif.

 

Nous pourrions également vous parler de CivicTech, de PropTech (dans l’immobilier), d’InsurTech (dans l’assurance), de Church Tech, de DeathTech (déjà fait, et toc !), de SleepTech (bientôt fait, et toc !), de FemTech (faut-il vraiment parler d’innovation au féminin ? On se pose encore la question), d’AdTech (technologie au service de la publicité), de BeautyTech et même de DeepTech. Et nous le ferons ! À suivre pour l’heure, tous ces mots en smart.

Sophie Comte
Sophie Comte
Conteuse numérique
Et si on communiquait autrement ? Je m'attèle à ce projet passionnant, en chuchotant sur le web de ma plume numérique. Egalement cofondatrice des Chuchoteuses, agence de création de contenu.