Blockchain, des promesses à tenir

La Blockchain est une technologie révolutionnaire de stockage et de transmission d’informations qui permet de se passer d’un tiers de confiance, entre autres choses. Son utilisation permettra de supprimer des intermédiaires n’ayant pas de valeur ajoutée, de modifier certains aspects du fonctionnement de notre économie, de connaître précisément la provenance de notre nourriture, etc. Ce n’est pas juste le Bitcoin et la valeur de la Blockchain ne réside pas uniquement dans la partie spéculative des cryptomonnaies.

La Blockchain promet transparence, simplicité et rapidité, mais il y a encore des obstacles à franchir, car la réalité démontre des faits assez éloignés de ses promesses. Avez-vous déjà vu une adresse sur la blockchain Ethereum ? Non ? Voici à quoi cela ressemble : 0x128E00ff66D8BFB92923C5b8223f2db974220d69.

Lire aussi : Internet. Et si on passait au Green ?

Comment faire pour retenir une telle information ? C’est humainement compliqué et franchement peu envisageable, sauf pour quelques champions de la mémoire. Il y a certes le copier-coller qui peut être pratique, mais cela ne va pas favoriser la simplification des usages. Est-ce que je peux personnaliser cette adresse en lui attribuant un nom que je serai capable de retenir ? Non, ce n’est pas supporté par la technologie. À titre de comparaison, je pourrais très bien copier-coller cette adresse IP 216.58.208.238 dans le navigateur, mais cela reste tout de même plus simple d’écrire google.com.

Dans la même veine, si la transparence des transactions est garantie, voici à quoi ressemble l’une d’entre elles :

C’est en grande partie du charabia pour l’utilisateur lambda. Bien que l’utilisation de la terminologie exacte soit importante, se faire comprendre l’est également, vous ne croyez pas ?

Il serait bien plus facile à comprendre pour un utilisateur si les termes indiqués étaient simplifiés grâce au développement d’une couche semblable à celle du DNS (cf. exemple de Google.com) qui attribuerait un nom unique pour une adresse sur la blockchain. Il deviendrait alors possible de personnaliser l’interface utilisateur de façon textuelle et/ou iconographique. Ce serait un premier pas vers une facilitation des usages.

Simplifier sans dénaturer, possible ?

Simplifier la relation technique afin de la rendre compréhensible par l’utilisateur. Posé de cette façon cela semble être une bonne idée. Pourtant à force de simplification advient le risque d’omettre certains principes clés qui sont à la base de l’innovation apportée par la Blockchain et, de ce fait, perdre l’utilisateur qui ne verrait pas la différence entre cette technologie et une autre.
Quel doit être alors notre niveau de compréhension d’une technologie pour pouvoir l’utiliser ? À vrai dire faible ou nulle. Cette compréhension n’est pas une condition sine qua non à son utilisation. Afin d’allumer la lumière d’une pièce, l’utilisateur doit-il comprendre que certaines particules sont chargées négativement et d’autres positivement ? Non, il a juste besoin d’appuyer sur un bouton.

Lire aussi : Comment l’ordinateur quantique va révolutionner le monde

Pour une adoption de masse des usages de la Blockchain, l’utilisateur doit pouvoir faire confiance à un service. Et pour se faire, facilité d’utilisation et sécurité doivent aller de pair. La promesse sécuritaire est tenue, par l’inviolabilité des données qui y transitent, c’est dans la nature même de la Blockchain. Pour la facilité d’utilisation, l’un des gros soucis pour l’instant, en plus de l’UX, c’est que la Blockchain ne laisse pas de place à l’erreur. Une fois une transaction validée, si une erreur a été commise, c’est trop tard, il n’existe aucun moyen de revenir en arrière. Mot de passe oublié ? Tant pis pour vous… Ceci constitue un frein conséquent à l’adoption. Des solutions commencent à voir le jour, notamment avec Universal Protocol qui crée une sorte de miroir de toutes les transactions permettant des retours en arrière tout en conservant la sécurité offerte nativement par la Blockchain. Mais il y a encore du chemin à faire pour que la Blockchain devienne l’outil rêvé et attendu.

Si l’UX est la clef pour une démocratisation des usages, pourquoi figure-t-elle parmi les absents ici ? Probablement pour les mêmes raisons qui ont fait figure de proue dans les débuts d’internet. Les développeurs se concentraient sur la technique et le fonctionnel pour mettre en avant les bienfaits de ladite technologie. Pour ne citer qu’un exemple, Slack a vu le jour à l’heure où des centaines de chat existaient déjà et pourtant ce service a révolutionné les usages en misant tout sur l’UX design. À quand la prochaine licorne alliant UX et Blockchain ?

Aleksander Brogowski
Aleksander Brogowski
Scribe développeur
Débordant d'énergie, je pars régulièrement en exploration dans la multiplicité des mondes. De la rencontre humaine aux sciences dures, une beauté insoupçonnée s'y cache. La comprendre, l'apprendre et vous dévoiler son secret en vulgarisant son accessibilité anime mes sens de joie.