L’avènement de la vidéo sociale, inspiration « Brut » de pomme

Pas besoin d’être expert en marketing social pour s’en rendre compte, les contenus vidéo ont envahi la toile et en particulier le 1er réseau social mondial. Si certains sont sur le créneau depuis un moment déjà, Konbini dans les starting-blocks avec ces vidéos « no filter » ou encore « Fast and serious », le phénomène a pris un tournant décisif avec l’arrivée de Brut, le média 100 % vidéo sur Facebook. Le principe ? Un contenu média très court, épuré pour plus d’authenticité, qui se propose de faire un focus sur un point d’actualité : les ravages de la pêche du saumon pour l’actu ou encore un point d’histoire, comme la biographie abrégée de Winston Churchill ou de Joséphine Baker, par exemple.

Ce « snaking content » comme on dit dans le jargon (entendez contenus qu’on engloutit aussi vite que des petits fours) est parfaitement adapté à l’audience des réseaux très volatile et hyper sollicitée. Et le succès, qui est bien au rendez-vous chez Brut, inspire plus d’une marque aujourd’hui. Les Petits Frenchy, pour ne citer qu’eux, l’adorent. (exemples)

  • Ce qu’on en retient nous, c’est que ces formats revisitent l’article classique, donnant quelques points d’informations, sorte de bullet point améliorés. Les sous-titres occupent d’ailleurs une place de choix : variation de taille et de couleur, respect de la charte graphique, animation. On est clairement dans le design.

Les vidéos interview, inspiration émission de télévision

Il y a tellement de vidéos aujourd’hui que lorsque l’on fait défiler sa timeline, on peut vite avoir le sentiment d’être branché sur Free. Mais de la même manière qu’on ne consomme plus la télé comme avant, confortablement installé devant son petit écran, mais plutôt en mode nomade, « quand je veux, où je veux », ambiance Netflix addict, Facebook est une alternative grandissante à la télévision. D’où les vidéos interview qui proposent toute sorte de rendez-vous réguliers.

Le meilleur exemple qui me vient en tête actuellement, c’est Maddyness, qui a pris la bonne résolution 2018 de se brancher sur le canal : au programme ce soir, vous pourrez trouver l’émission « On Maddy d’essayer », « Up Stories » ou encore « Putsch », sans oublier les « LIVE ». Et pour la recette, vous prendrez toujours une bonne dose de piment avec un générique en motion design, une personnalité influente comme Laurent Alexandre, une touche de logo bien placé en haut à gauche, le tout parsemé de sous-titres animés.

  • Encore une fois, nous ce qu’on trouve intéressant dans ce format, c’est la possibilité de se positionner en expert dans son domaine, comme n’importe quel article enrichi de citations. Tout le monde ne peut certes pas interviewer Laurent Alexandre ; mais Roseline Desgroux, par exemple, avait largement de quoi nous faire teaser l’événement Open Nextdoor (réalisation Chuchoteuses pour Nextdoor). Pour toutes les entreprises qui organisent des événements, c’est clairement une excellente opportunité de couverture média. Ou bien l’occasion de faire un peu de marque employeur en mettant en scène ses collaborateurs, comme BAP et Drivy par Welcome to the Jungle.

Vidéo Facebook, inspiration chiffrée

Mais comment font-ils, tous ces médias, pour produire autant de contenus vidéo ? Parce qu’il faut les moyens, nous direz-vous, pour être aussi productif et régulier ! Et le contenu vidéo, ce n’est pas donné. Nous les entendons bien, vos arguments. Laissez-nous vous montrer en quoi ce genre de dispositif a plus d’un atout :

  • Le coût de création du concept et du générique est un one shot. Il suffit ensuite de faire dérouler le fil.
  • Vous serez clairement sur le devant de la scène sur Facebook qui favorise les contenus vidéo. En gros, si vous prenez le problème à l’envers, communiquer sans vidéo aujourd’hui est presque une perte d’argent.
  • Le format immersif de la vidéo est très engageant.
  • Et d’après Cisco, 80 % du contenu web sera de la vidéo en 2019.

Alors en 2018, on prend le train en marche ?

Sophie Comte
Sophie Comte
Conteuse numérique
Et si on communiquait autrement ? Je m'attèle à ce projet passionnant, en chuchotant sur le web de ma plume numérique. Egalement cofondatrice des Chuchoteuses, agence de création de contenu.