En tant que grand amateur de vins, l’œnologie est un sujet qui m’émoustille tout autant qu’une bouteille poussiéreuse d’un grand millésime. Néanmoins, comme la grande majorité des gens, les techniques d’élevage et de macération restent pour moi un mystère réservé aux professionnels du secteur. L’arrivée de la technologie dans le domaine de la viticulture lève le voile sur un monde où l’amour de la terre se mêle habilement à un parfait contrôle des parcelles et de l’évolution des cépages. Loin d’avoir la main verte, des termes tels que drones, cartographie haute résolution ou détection par zone me parlent beaucoup plus que phénols, dose d’engrais et chlorose. Une chose est sûre, les récents dispositifs mis à disposition des vignerons risquent de nous causer toujours plus de réjouissances lors de la dégustation.

Quand la vigne est passée au rayon X !

Proche de sa terre, le vigneron suit l’évolution des vignes de la plantation aux vendanges, en passant par toutes les étapes pour obtenir le tant désiré breuvage. Il connaît chaque centimètre carré de ses parcelles, qu’il bichonne jour après jour avec amour. Malheureusement, il arrive parfois que des déséquilibres se créent parmi les ceps ou que des maladies s’installent.

La technologie Oenoview lui permet de mieux comprendre cette terre si chère à son cœur. En effet, avec cette innovation par télédétection satellite, chaque parcelle est analysée afin de repérer les différences de maturation. Un moyen idéal pour adapter les doses d’engrais nécessaires selon les zones et les actions à mener pour une viticulture et des récoltes de qualité. Depuis 2009, le groupe français ICV surveille avec Oenoview des centaines d’hectares de vignes en France.

 

Lire aussi : AgriTech, quand les champs se connectent

 

Dans la même lignée, le service de cartographie canadien Vine View permet d’obtenir des cartes de vigueur des parcelles. Une manière similaire d’analyser en temps réel la santé des cultures pour décider des actions de fertilisation et phytosanitaires à appliquer. La technologie évolue, mais le principe ne change pas : plus il connaît sa terre, meilleur est le vigneron.

Coûteuses pour les plus petits domaines, les images satellites se voient désormais concurrencer par le drone. C’est justement le concept de Chouette, une start-up qui à l’aide d’algorithmes de détection va analyser l’état sanitaire des vignes pour orienter les interventions du viticulteur. Pour se faire, un drone automatisé et muni d’une caméra haute précision survole la parcelle pendant une heure afin d’effectuer ses relevés. Les résultats sont ensuite traités par une intelligence artificielle et reportés sur une interface web intuitive depuis un ordinateur ou un mobile.

En matière de désherbage, les innovations sont également nombreuses, mais on ne pouvait passer à côté du Vitirover. Sorte de tondeuse robot, il parcourt les rangées des vignes pour les débarrasser des mauvaises herbes. Effectuant un travail lent, mais de précision, le Vitirover évite toute utilisation de molécules de synthèse. Livré avec les coordonnées GPS des parcelles, il intervient dans les zones définies et est paramétrable au travers d’une application smartphone. Véritable atout pour la viticulture, la petite machine est aussi écologique avec un fonctionnement complètement autonome grâce à un panneau solaire.

On s’en doute, avant d’effectuer les récoltes il est important de s’assurer de la bonne maturité des raisins. Le Bacchimeter de la société Force-A permet de détecter rapidement le taux de phénols directement depuis les raisins. Un outil très pratique pour mesurer avec précision le moment idéal pour vendanger et éviter de récolter des baies trop jeunes qui apporterait de l’acidité au vin.

La panoplie du parfait amateur de vin 2.0

Si les innovations se multiplient en viticulture, il en est de même pour les consommateurs. Après tout, ce qu’il y a de meilleur dans le vin c’est la dégustation ! Or, le problème avec une bouteille est qu’une fois ouverte les arômes s’en échappent. Alors que faire si l’on ne souhaite pas s’enfiler toute la bouteille ? Certains diront la partager et ils n’auront pas tort, mais une autre solution existe, le Coravin. Ingénieux système inventé par un américain, il permet de traverser le bouchon de liège à l’aide d’une aiguille pour se servir un verre sans ouvrir la bouteille. Le liquide retiré ne laisse pas passer l’oxygène et préserve ainsi la qualité du vin.

En 2016, c’était la société nantaise 10 — vins qui faisait parler d’elle en remportant le prix de la startup la plus innovante au CES de Las Vegas avec sa machine D-vine. Le principe ? Des petites fioles de grands vins à insérer au dispositif pour profiter d’une dégustation au verre. Un moyen unique de savourer toutes sortes de vins sans avoir à ouvrir plusieurs bouteilles. Véritable cave taille réduite, la D-vine est encore un peu trop onéreuse pour la majorité des particuliers, mais fait un malheur dans les hôtels et restaurants du monde entier.

Lire aussi : [Interview Yuka] Quand le numérique nous transforme en consomm’acteurs

Les applications mobiles pour vous aider à sélectionner votre vin sont légion. Au travers du scan d’étiquettes, elles fournissent toutes les informations nécessaires pour faire votre choix lorsque vous errez depuis de longues minutes dans le rayon de votre magasin sans parvenir à vous décider. D’autres vous proposent de surveiller votre cave et son niveau d’hygrométrie pour bichonner vos bouteilles favorites. Malgré tous ces renseignements, je ne pense pas être le seul à subir des déconvenues lors de la dégustation. Heureusement, la startup MyOneo a mis au point un dispositif de scan de vin unique. Une fois sélectionné un vin que vous appréciez, il suffit de placer MyOneo scan dans votre verre pour que celui-ci détermine ses particularités œnologiques. Il analyse la puissance alcoolique, l’acidité et l’astringence afin de reporter les informations sur l’application associée. En fonction de vos appréciations, il est ensuite capable de vous proposer des crus similaires à ceux que vous affectionnez particulièrement. Terminées les mauvaises surprises, même s’il faudra bien en tester de temps en temps pour découvrir de nouveaux goûts !

 

Longtemps, il a été reproché à l’industrie du vin de passer à côté de la transformation digitale. La révolution est plus que jamais entamée et les innovations du secteur se multiplient de la vigne jusqu’au verre. Avec les nouveaux dispositifs en place, les vignerons maîtrisent chaque parcelle de leurs terres de main de maître, sans pour autant mettre de côté l’amour du métier et des traditions. Rendez-vous pour une prochaine dégustation !

Thomas Bossy
Thomas Bossy
Scribe numérique
Voilà un mot bien inusité pour se retrouver devant notre digital, qui lui bien connu, envahit nos vies modernes d’une multitude de manières. J’aime jouer sur les contrastes, fouiller, chiner et comprendre ce qui fait les particularités d’un sujet pour le mettre en avant. Je suis un scribe derrière son écran.